Quels médicaments bronchodilatateurs aideront à guérir la maladie

La nomination de médicaments bronchodilatateurs pour la bronchite est justifiée non seulement sous forme obstructive. Certains membres de ce groupe font partie d'une combinaison de médicaments contre la toux et font preuve d'une grande efficacité. Voyons ce qu'ils sont utiles et comment ils fonctionnent.

But des bronchodilatateurs

L'inflammation dans les voies respiratoires s'accompagne d'un gonflement de la membrane muqueuse, ce qui entraîne un rétrécissement de la lumière des bronches et une respiration difficile. En outre, l'inflammation peut provoquer des spasmes des muscles lisses, entraînant une toux paroxystique et une suffocation.

Les bronchodilatateurs peuvent éliminer les symptômes menaçants et affecter l’état de la paroi bronchique. Ce groupe comprend des médicaments ayant un mécanisme d'action différent, mais ils sont tous conçus pour réduire le stress des bronches et faciliter la respiration du patient. Une telle bronchite est-elle contagieuse pour les autres? La possibilité d'infection est déterminée non par l'évolution de la maladie, mais par son agent pathogène. En cas d'infection, la probabilité de transmission à une autre personne est présente dans toute forme de bronchite.

Application correcte

En règle générale, les fonds destinés à soulager le bronchospasme sont produits sous des formes posologiques offrant l'effet thérapeutique le plus rapide. Le plus souvent, ce sont des aérosols prêts à l'emploi pour l'inhalation ou des nébuleuses à ajouter au nébuliseur.

Lorsqu'elle est inhalée, la substance médicamenteuse pénètre directement dans le foyer de l'inflammation et commence immédiatement à exercer son effet. L'effet positif est perceptible après quelques minutes.

Les mêmes composants peuvent être produits sous forme orale - comprimés, sirops. Ces médicaments sont davantage conçus pour un nettoyage efficace des voies respiratoires et non pour le soulagement de conditions aiguës. Grâce au bronchodilatateur, il y a une expansion de la lumière des bronches, les expectorations se déplacent beaucoup plus facilement et rapidement. Les médecins parlent de la nécessité de se conformer à certaines règles concernant ce groupe de médicaments:

  1. Autres formes d'inhalation et de non-inhalation.
  2. Si nécessaire, réception ponctuelle urgente pour donner la préférence au groupe des adrenomimétiques.
  3. Ne prenez pas de bronchodilatateurs sans ordonnance d'un médecin.
  4. Les bronchodilatateurs ne doivent pas être pris à un moment où il n’ya pas de phénomène de bronchospasme.

Anticholinergiques

Le mécanisme d'action repose sur le blocage des récepteurs responsables du spasme des muscles lisses des voies respiratoires. Les représentants de ce groupe sont des substances actives telles que le bromure d’ipratropium (Atrovent) et le bromure d’oxitropium (Ventilate). En moyenne, un effet positif se développe assez lentement - après environ 30 minutes.

La forme d’inhalation Atrovent n’a presque aucun effet systémique, ce qui minimise le risque d’effets secondaires. Approuvé pour une utilisation à partir de 6 ans. Pour les enfants plus jeunes, il est permis d’ajouter des gouttes d’Atrovent H à la solution pour inhalation, selon les recommandations du médecin traitant.

L'analogue est originaire d'Ipratropium. Une dose unique du médicament est de 2 ml. Il est dilué avec le même volume de solution saline et inhalé à l'aide d'un nébuliseur. La solution restante ne peut pas être réutilisée.

Adrenomimetics

Les préparations de cette observation de sous-groupe affectent un autre type de récepteur - les récepteurs adrénergiques. Cependant, leur action aboutit au même résultat: l’élimination du spasme et l’expansion de la lumière des bronches. Ces médicaments ont un effet plus rapide mais provoquent souvent des réactions indésirables du système cardiovasculaire.

De adrenomimetik sont largement utilisés:

  1. Fénotérol. En plus de l'effet bronchodilatateur, il a la capacité de stabiliser les membranes des mastocytes et d'améliorer la clairance mucociliaire. En pneumologie, il est principalement utilisé comme allumage, en gynécologie - en comprimés.
  2. Salbutamol. Inclus dans certains médicaments combinés contre la toux. Améliore les sécrétions lors de la prise d’ambroxol.

Le médicament Berodual est considéré comme l'un des bronchodilatateurs les plus efficaces. Il combine deux composants avec un mécanisme d'action différent, de sorte que le patient obtienne le meilleur résultat thérapeutique. La combinaison d'ipratropium et de fénotérol réduit la dose de ce dernier et réduit le nombre d'effets secondaires.

Méthylxanthines

La plupart des médiateurs inflammatoires excrétés dans le corps avec une bronchite et d'autres maladies ont un effet vasoconstricteur. Les médicaments du groupe des méthylxanthines bloquent la libération de médiateurs par les cellules, ce qui permet d’éliminer le bronchospasme. En règle générale, ces fonds sont nommés en dernier, car ils peuvent avoir des effets secondaires graves.

Les représentants les plus célèbres de ce groupe sont la théophylline, Eufillin. Eufillin, lorsqu'il est administré par voie parentérale, a un effet très rapide:

  1. Détend les muscles des bronches.
  2. Réduit la résistance des vaisseaux sanguins.
  3. Réduit la pression dans l'artère pulmonaire.

En outre, son effet sur d'autres organes se manifeste également:

  1. L'expansion des vaisseaux coronaires.
  2. Augmentation du débit sanguin rénal.
  3. Stimulation de la diurèse.
  4. Réduction de la réabsorption tubulaire.

Remèdes populaires

Certains composants naturels peuvent également soulager les spasmes des voies respiratoires. Un effet rapide de leur part ne peut être obtenu, mais avec un traitement prolongé, le résultat devient perceptible. Pour aider au traitement de la bronchite peuvent être prescrits:

  1. Infusion de camomille, valériane, menthe.
  2. Calendula, origan, pissenlit.
  3. Infusion de gingembre.
  4. Jus de radis avec du miel.

Avec l'étiologie de la bronchite bactérienne, les remèdes populaires seront inefficaces. Dans ce cas, le médecin doit choisir la posologie de Biseptol pour la bronchite ou un autre agent antibactérien.

Fonds combinés

La combinaison d'ingrédients actifs avec un mécanisme d'action différent, mais le même résultat peut atteindre une efficacité et une durée d'action supérieures. Très souvent, la récupération utilisant les moyens combinés est plus rapide. Le seul inconvénient est une gamme plus large d'effets secondaires, mais avec un court traitement, ils n'auront peut-être pas le temps de se manifester. Exemples de moyens combinés:

Ascoril chez les enfants atteints de bronchite peut être prescrit à partir de deux ans sous forme de sirop. La haute efficacité de ce médicament est notée par les médecins et les patients. Les adultes peuvent aider à retirer les mucosités des mucosités. L’ACC pour la bronchite chez l’adulte est l’un des meilleurs moyens de ce groupe.

Médicaments contre l'asthme et la MPOC

Les crises d'asthme sont une indication particulière des médicaments bronchodilatateurs. Dans ce cas, l'effet devrait être rapide et de préférence durable.

Dans le cas de la MPOC, ces médicaments ne sont que des traitements symptomatiques et la maladie elle-même peut évoluer de manière significative au fil des ans. Vous pouvez arrêter le processus pathologique en arrêtant de fumer et en commençant un traitement de réadaptation. Il comprend une bonne nutrition, un entraînement respiratoire, une hydratation de la muqueuse bronchique.

Tout d'abord, le médicament doit être sans danger pour le patient. Les médecins apprennent aux patients atteints de maladies chroniques (asthme, troubles obstructifs) à déterminer indépendamment la gravité de l’aggravation des symptômes et à choisir différents médicaments pour le soulagement des crises convulsives, qu’il est recommandé d’alterner.

Chaque personne devrait comprendre qu'il existe des cas dans lesquels une consultation médicale est nécessaire. C’est le médecin qui décide combien de jours prendre l’amoxicilline pour la bronchite et si un bronchodilatateur est nécessaire.

Médicaments bronchodilatateurs pour enfants et adultes - une liste de remèdes efficaces contre la bronchite, la toux et l’asthme

Une toux qui est si grave que la douleur se manifeste dans la poitrine et l'abdomen, les expectorations, parfois avec un mélange de pus, de respiration sifflante, d'étouffement, sont les conséquences d'une bronchite si elles ne sont pas traitées. Les médicaments bronchodilatateurs (bronchodilatateurs) aideront à prévenir les complications. Ils soulagent l'inflammation, le gonflement, élargissent la lumière des voies respiratoires, éliminent les obstacles qui violent la perméabilité à l'air.

But des bronchodilatateurs

Les bronches sont un réseau de tubes à travers lequel l'air passe du larynx aux poumons. En eux, il réchauffe, hydrate, nettoie. Avec la bronchite, les tubes deviennent enflammés, la membrane muqueuse se gonfle, ce qui perturbe le flux d'air dans les poumons. L'hypertrophie (augmentation) et l'hyperfonctionnement des glandes bronchiques se développent, ce qui entraîne une augmentation de la sécrétion de mucus. Pour cette raison, les voies respiratoires sont incapables de se nettoyer elles-mêmes. Le drainage ne se produit que lorsque vous toussez, ce qui correspond à une expiration accélérée par la bouche, provoquée par une contraction des muscles respiratoires.

Tout d’abord, lorsqu’on observe une bronchite comme une toux sèche, des expectorations peuvent apparaître, en fonction de la couleur dont le médecin détermine le degré et la nature de la maladie. Si la maladie n'est pas traitée, le gonflement augmente, une infiltration tissulaire se produit (c'est le nom du phoque qui a formé des cellules tumorales ou des caillots de sang sur les bronches), raison pour laquelle la sécrétion libérée pendant la toux devient purulente.

Au fil du temps, les expectorations purulentes obstruent les bronches et s’accumulent dans les alvéoles - formations aux extrémités des bronches, à travers lesquelles se produit l’échange gazeux (l’oxygène passe dans le sang, le dioxyde de carbone en est extrait). Cela peut provoquer des complications, notamment:

  1. une pneumonie;
  2. l'asthme;
  3. insuffisance cardiopulmonaire;
  4. fibrose pulmonaire;
  5. collapse (trouble respiratoire pouvant entraîner la mort).

La cause de la bronchite est un virus ou une bactérie. La maladie peut survenir sous des formes aiguës, chroniques ou obstructives, et le tableau clinique dépend de son type:

  • La bronchite aiguë est souvent une complication de la grippe, bien qu'elle puisse se développer séparément. Tout d’abord, une toux sèche, souvent paroxystique, apparaît après quelques jours - crachats, température, faiblesse, maux de tête. La maladie ne dure pas plus de deux semaines.
  • La bronchite chronique peut durer des mois, voire des années. Dans la plupart des cas, est une conséquence de la forme aiguë.
  • La bronchite obstructive peut accompagner les formes chroniques et aiguës. Il se caractérise par l'accumulation de crachats dans la lumière des bronches, ce qui entraîne un essoufflement. Un traitement précoce donne de bons résultats. Si la thérapie le resserre, les parois des voies respiratoires se rétrécissent et se déforment, entraînant une obstruction irréversible.

Les bronchodilatateurs facilitent l'état du patient, soulagent l'inflammation, le gonflement de la membrane muqueuse, libèrent la lumière, améliorent l'expectoration. En raison de la diminution du tonus musculaire, de l'élimination des spasmes des muscles lisses des bronches, des signes de suffocation sont rapidement éliminés et la respiration redevient normale. Les bronchodilatateurs ne doivent être utilisés que sur les recommandations d'un médecin, car de nombreux médicaments affectent le système cardiovasculaire et, s'ils sont utilisés de manière incorrecte, ils peuvent entraîner des complications.

Formes de libération de bronchodilatateurs

Ils produisent des bronchodilatateurs avec une bronchite sous des formes posologiques offrant l'effet thérapeutique le plus rapide. C'est:

  • Aérosols prêts pour l'inhalation. Le remède est bon, car quand il est injecté, il pénètre profondément dans les voies respiratoires et commence immédiatement à agir. L'effet est perceptible après quelques minutes. Les médicaments bronchodilatateurs pour inhalation sont pertinents pour l'exacerbation des symptômes de bronchite. Lors de la pulvérisation, il est nécessaire de s'assurer que la solution ne pénètre pas dans les yeux.
  • Nébuleuse à ajouter au nébuliseur (inhalateur).
  • Pilules Ils sont moins utilisés pour soulager les symptômes aigus que pour nettoyer les voies respiratoires.
  • Sirop Bon pour les petits patients. Savoureux remède sucré que les enfants utilisent sans problèmes. Attribuer dans le même but que la pilule.

Classes de bronchodilatateurs

Pour soulager les symptômes de l'inflammation des bronches, réduire les poches, éliminer les obstacles mécaniques à la circulation de l'air dans les poumons, utilisez des médicaments ayant des effets différents sur les bronches. C'est:

  • Agents cholinolytiques (anticholinergiques). Bloque la susceptibilité des terminaisons nerveuses périphériques.
  • Adrenomimetics. Stimule directement ou indirectement les récepteurs sensibles à l'adrénaline et à la noradrénaline, réduisant ainsi sa contraction des muscles des voies respiratoires.
  • Méthylxanthines Détendez les muscles lisses des bronches, supprimez le rétrécissement de leur lumière (bronchospasme).

Anticholinergiques

Pour bloquer ou affaiblir l'action de l'acétylcholine (un médiateur responsable de l'excitation du système nerveux), appliquez des agents cholinolytiques. Les médicaments bronchodilatateurs et expectorants de cette classe sont conçus pour l'inhalation. Grâce à cette méthode d'application, ils ne pénètrent pas dans le sang, ils se caractérisent par une action locale et un nombre minimal de complications. Atrovent et Ipratropium, dont le composant actif est le bromure d'ipratropium, doivent être distingués des médicaments bronchodilatateurs de ce groupe.

Atrovent est produit sous la forme d'une solution pour inhalation (le prix est de 250 roubles pour 20 ml) et d'un aérosol (320 p. Pour 10 ml). Le bromure d'ipratropium bloque les récepteurs de l'acétylcholine dans les muscles des grandes et moyennes bronches. Il détend les muscles des voies respiratoires, prévient les spasmes, soulage le gonflement, réduit la synthèse des sécrétions muqueuses, améliore son écoulement. Posologie standard: 2-3 inhalations par jour L'efficacité du remède est perceptible dix minutes après l'inhalation, dure environ six heures.

Atrovent n'est pas prescrit pendant la grossesse, allergie aux composants des médicaments, enfants de moins de 5 ans atteints de pathologies du système broncho-pulmonaire. Il faut être prudent en cas de glaucome à angle fermé, d'allaitement, de troubles urinaires, d'hyperplasie de la prostate, de fibrose kystique. Les complications comprennent les nausées, la bouche sèche, les migraines, la tachycardie, la constipation, la rétention urinaire.

Ipratropium-Nativ est un analogue d'Atrovent, qui se présente sous la forme d'une solution pour inhalation (180 ml à 20 ml). Le médicament est inhalé par la bouche à l’aide d’un nébuliseur. Posologie prescrite par le médecin, tenant compte des caractéristiques individuelles de l'organisme et de la nature de la maladie. Ipratropium-Nativ n'est pas prescrit aux patients âgés de moins de dix-huit ans, ayant des allergies aux composants du médicament. Attention - pendant la grossesse, l'allaitement. Les effets secondaires comprennent la toux, la bouche sèche, les vomissements, la diarrhée, la constipation et les problèmes de vision. Le médicament n'est pas utilisé pour l'exacerbation de l'asthme bronchique.

Adrenomimetics

Les préparations du groupe des adrénergiques agissent sur les hormones neuro-transmetteur de l'adrénaline et de la noradrénaline qui produisent les glandes surrénales. Les bronchodilatateurs anti-asthmatiques stimulent les récepteurs sensibles à ces hormones, entraînant des modifications fonctionnelles et métaboliques des bronches. Les adrenomimétiques sont considérés comme des médicaments plus efficaces que les anticholinergiques, mais provoquent plus souvent des complications du système cardiovasculaire, car elles contribuent à l'hypertension.

Le fénotérol est efficace contre les crises d'asthme bronchique et les pneumonies. Il est utilisé comme bronchodilatateur avant l'inhalation de mucolytiques (diluer les expectorations et contribuer à sa conclusion) ou d'antibiotiques (détruire les bactéries pathogènes). Le fénotérol est présenté sous forme de comprimés, d’ampoules pour injection, de solution pour inhalation. Le coût du médicament est d'environ 300 roubles.

Le fénotérol est un médicament à action prolongée qui élimine le bronchospasme en 10-15 minutes, empêchant la réduction des muscles lisses des bronches et réduisant l'inflammation. L'effet après l'application dure six heures. La posologie standard est de un à deux comprimés quatre fois par jour, la dose maximale étant de huit. Parmi les contre-indications - allergies, tachyarythmie (fréquence cardiaque rapide), épaississement des parois du ventricule gauche ou droit du cœur. Attention prescrite pendant la grossesse. Prendre du fénotérol peut provoquer des effets secondaires tels que:

  • nervosité;
  • des vertiges;
  • tremblement;
  • la tachycardie;
  • sécheresse ou irritation de la gorge ou de la bouche;
  • vomissements, nausée.

L'analogue est Berodual (200–300 r. Pour 20 ml), composé de deux principes actifs: le bromure d'ipratropium et le bromhydrate de fénotérol. Le premier composant bloque l'action de l'acétylcholine, le second - l'adrénaline. Libérez l'outil sous la forme d'une solution pour inhalation. Le médecin choisit la posologie des gouttes individuellement, en tenant compte de la nature de la maladie. Pour les enfants de moins de six ans, ce médicament pour la dilatation des bronches est prescrit dans les cas extrêmes.

L'inhalation d'un bronchodilatateur est préférable à un hôpital sous la supervision d'un spécialiste, car un grand nombre d'effets secondaires sont possibles. Parmi eux:

  • nervosité, irritabilité, hallucinations (surtout chez les enfants);
  • augmentation de la glycémie;
  • vision floue;
  • problèmes avec le système cardiovasculaire;
  • toux

Spray Salbutamol (100 p. Pour 90 doses) portant le même nom de la substance active est prescrit pour les maladies respiratoires obstructives. Le soulagement des symptômes de l'asthme bronchique, des crises d'asthme survient dans les 5 minutes. L'effet du médicament dure de 4 à 6 heures. Pour le soulagement du bronchospasme aigu peut être utilisé chez les enfants de 4 ans (1-2 inhalations par jour). Les effets secondaires comprennent les tremblements, les maux de tête et la tachycardie.

Méthylxanthines

Les médicaments bronchodilatateurs du groupe des méthylxanthines bloquent la libération des médiateurs inflammatoires, détendent les muscles des bronches, préviennent les spasmes de leurs muscles et réduisent la résistance des vaisseaux sanguins. Les méthylxanthines ne sont pas particulièrement populaires en raison de leurs effets secondaires importants. Tout d'abord, ils affectent négativement le système cardiovasculaire, élargissant les vaisseaux coronaires, provoquant une augmentation de la pression, des battements cardiaques, de l'insomnie. Pour le traitement de la bronchite, utilisez des médicaments dont le principe actif est la théophylline.

Les comprimés de théophylline (analogue - eufilline) se caractérisent par une action prolongée - le médicament conserve son efficacité pendant 12 heures. Utilisé pour traiter les maladies respiratoires obstructives. Le médicament a les effets suivants sur le corps:

  • réduit le flux d'ions calcium à travers la membrane cellulaire;
  • réduit l'activité contractile des muscles lisses, relâchant les muscles des bronches, des vaisseaux sanguins;
  • arrête les réactions allergiques;
  • stimule la contractilité du diaphragme, améliore le fonctionnement des muscles respiratoires;
  • augmente la ventilation des poumons;
  • stimule le coeur;
  • réduit le tonus des vaisseaux sanguins;
  • augmente le débit sanguin rénal;
  • réduit le risque de formation de plaquettes.

Le médecin fixe le dosage individuellement. Les complications comprennent les nausées, les vomissements, les migraines, la nervosité, l'insomnie, les brûlures d'estomac. Le médicament pour l'expansion des bronches est contre-indiqué dans la grossesse, l'allaitement, les ulcères, les allergies, l'infarctus aigu du myocarde. Le médicament n'est pas prescrit pour l'hypertension grave, l'hyperthyroïdie, les tachyarythmies, les maladies graves du foie.

Fonds combinés

Les médicaments bronchodilatateurs, qui incluent des substances actives ayant différents mécanismes d’action, ont un effet positif. Ils agissent rapidement, mais se caractérisent par un grand nombre d'effets secondaires. Pour éviter une réaction négative du corps, un traitement par de tels médicaments est abrégé. Parmi les bronchodilatateurs combinés, on peut distinguer les outils suivants:

  • Sirop Bronholitine. Ingrédients actifs: hydrobromure de glaucine, chlorhydrate d'éphédrine. Le premier composant est un alcaloïde, un centre de la toux déprimant situé dans la moelle épinière, le second est un imitateur adrénergique. A consommer après les repas. Le médicament est prescrit à partir de trois ans. Le traitement est une semaine.
  • Solution pour inhalation Combivent. Ingrédients actifs: salbutamol et bromure d’ipratropium. Le premier stimule les récepteurs adrénergiques, le second bloque les récepteurs cholinergiques. Inhalation à faire 4 fois par jour (2 doses par application).
  • Drops Solutan. Le principal ingrédient actif est l'éphédrine. Également dans la composition - radobelline, extrait de baume de tolutane, huile de fenouil, saponine gypsophile, novocaïne, iodure de sodium. Le médicament a une action bronchodilatatrice, mucolytique, analgésique. Prendre après avoir mangé des adultes - 10-30 gouttes par jour, les enfants - 5-10 gouttes. Vous pouvez faire l'inhalation.
  • Comprimés d'Ascoril. Dans la composition de bromhexine, salbutamol, guaifénésine. Il se caractérise par un bronchodilatateur, une action expectorante, des expectorations diluées. Posologie pour les adultes - 1 comprimé 3 fois par jour. Prenez une heure après avoir mangé.

Médicaments bronchodilatateurs pour les enfants

L'inflammation des voies respiratoires chez les enfants nécessite une approche particulière: des médicaments inappropriés peuvent nuire à la croissance et au développement du corps. Les médicaments suivants ont recueilli de bonnes critiques sur eux-mêmes:

  • Le sirop de clenbutérol (70 à 100 r. Pour 100 ml) est prescrit à partir de six ans à une dose de 15 ml deux à trois fois par jour. Le médicament est un stimulant adrénergique à action prolongée, dont le principe actif est le chlorhydrate de clenbutérol. L'outil réduit les poches, dilue le secret, accélère le retrait des expectorations des bronches. L'efficacité de son action est perceptible après une demi-heure après l'administration, dure jusqu'à 10 heures. Clenbuterol aide bien la nuit, permettant à l'enfant de dormir.
  • L’hexoprénaline (Ginipral) appartient au groupe des adrénomimétiques. Laissez sortir sous forme de sirop, un aérosol, des comprimés, des solutions pour piqûres. Ingrédient actif: dichlorhydrate d’hexoprénaline. Supprime les manifestations de bronchite obstructive avec exacerbations. Pour soulager les symptômes d'étouffement, on prescrit aux enfants à partir de 3 ans un aérosol à raison de 0,2 à 0,4 mg (1 à 2 respirations) à la fois. La dose quotidienne maximale est de 5 applications, l'intervalle entre les traitements est d'au moins 30 minutes. L'effet dure 4-6 heures. Les injections intraveineuses sont acceptables à partir de trois mois, strictement sous la surveillance d'un médecin.

Comment traiter la bronchite obstructive?

La bronchite est appelée inflammation des bronches. Si, à la suite du processus inflammatoire, la lumière des bronches se rétrécit et que le mucus ne peut pas sortir, la bronchite est appelée obstructive. Les préparations pour la bronchite obstructive sont destinées au traitement des agents pathogènes infectieux, ainsi qu’à l'élimination du bronchospasme. Les maladies sont sensibles à la fois chez les patients adultes et les jeunes enfants.

Les préparations pour la bronchite obstructive sont destinées au traitement des agents pathogènes infectieux, ainsi qu’à l'élimination du bronchospasme.

Indications d'utilisation

Littéralement du latin, le terme "obstruction" est traduit par "obstruction". L'arbre bronchique est enflammé et une toux improductive survient. Il peut être accompagné d'expectorations et d'essoufflement. Il y a gonflement des tissus, du mucus s'accumule dans les bronches.

Les patients plus âgés peuvent avoir des difficultés respiratoires en raison du rétrécissement de la lumière bronchique.

La bronchite chronique est souvent caractéristique chez l'adulte, alors que chez l'enfant, une bronchite aiguë obstructive récurrente n'est pas rare.

Pour confirmer le diagnostic, des examens de laboratoire et instrumentaux sont prescrits. Celles-ci comprennent des tests sanguins et urinaires généraux, une radiographie des poumons, une bronchoscopie.

La cause de la maladie sont des microorganismes pathogènes. Les facteurs négatifs contribuant au développement de la bronchite comprennent un système immunitaire affaibli, un régime alimentaire malsain, des maladies chroniques du système respiratoire, une prédisposition aux réactions allergiques, le tabagisme prolongé, la vie dans des endroits où l'écologie est médiocre.

Le traitement doit être complet. Dans les exacerbations aiguës ou chroniques, des médicaments antibactériens sont prescrits. Les médicaments bronchodilatateurs sont utilisés pour restaurer la fonction respiratoire.

S'il est nécessaire d'accélérer l'écoulement des expectorations, le médecin vous prescrit des mucolytiques.

Le traitement des enfants n'est pas complet sans la prescription d'antihistaminiques. La fièvre à long terme chez les enfants atteints de bronchite est une indication d'hospitalisation. Comme pour toute maladie de nature infectieuse, il est important d'observer un régime de consommation prolongé. Pour éviter les complications, le traitement doit être effectué sous la surveillance d'un médecin.

Bronchodilatateurs

En raison du gonflement de la membrane muqueuse, la lumière des bronches se rétrécit et la respiration devient difficile. Il peut également y avoir une obstruction bronchique, une suffocation et une toux. Pour réduire le stress dans les bronches et rétablir la respiration, des bronchodilatateurs sont utilisés. Afin d'obtenir l'effet thérapeutique le plus rapidement possible, ils sont produits sous forme d'aérosols et de nébuleuses pour la préparation d'inhalations. Lorsqu'il est inhalé, le médicament affecte immédiatement le foyer de l'inflammation et le soulagement survient en quelques minutes.

Les bronchodilatateurs sont disponibles sous forme d'administration orale.

Les bronchodilatateurs sont également disponibles sous forme d'administration orale. Ils ne sont pas utilisés pour soulager une crise aiguë, mais pour un nettoyage complet des voies respiratoires. Il faut garder à l’esprit que tout bronchodilatateur ne peut être utilisé qu’en présence de bronchospasme.

Il existe plusieurs groupes de bronchodilatateurs.

Les préparations d'un groupe d'anticholinergiques ne permettent pas aux terminaisons nerveuses de provoquer un rétrécissement de la lumière des bronches. Ils n'agissent pas rapidement, l'effet peut arriver dans une heure. Par conséquent, ils sont combinés avec d'autres médicaments.

Les adrénomimétiques affectent les récepteurs des muscles bronchiques. L'effet thérapeutique est atteint rapidement, mais ils sont interdits dans les maladies du système cardiovasculaire.

Les méthylxanthines préviennent les spasmes des muscles bronchiques, mais ont de nombreux effets secondaires.

Les plus populaires sont les outils combinés qui combinent les propriétés de plusieurs groupes.

Les méthylxanthines préviennent les spasmes des muscles bronchiques, mais ont de nombreux effets secondaires.

Expectorants et mucolytiques

Les mucolytiques sont conçus pour éliminer rapidement et efficacement les expectorations des bronches. Ils ne peuvent pas être utilisés avec une toux sèche. Ils sont prescrits pour la nature humide de la toux, lorsque la décharge naturelle des expectorations est compliquée.

Les préparations à base d’ambroxol sont populaires dans le traitement de la bronchite obstructive.

Ils ont une action mucolytique et expectorante. Il existe des médicaments d'origine végétale, qui diluent les expectorations et accélèrent son excrétion. Lorsqu'ils sont prescrits, il est important de s'assurer qu'il n'y a pas d'allergie aux composants pour ne pas provoquer une détérioration de l'état.

Vous ne pouvez pas utiliser de médicaments mucolytiques avec antitussif. Cela peut entraîner le blocage des expectorations des bronches.

Antihistaminique

Si la cause de la maladie est l'exposition à un allergène, il s'agit alors d'une bronchite allergique.

Si la cause de la maladie est l'exposition à un allergène, il s'agit alors d'une bronchite allergique.

Dans ce cas, outre les bronchodilatateurs, la prescription d'antihistaminiques est obligatoire. Ils aident à supprimer l'attaque, réduisant l'intensité de la réaction allergique. Ces médicaments sont disponibles sous forme de comprimés, sirop, solution injectable et gouttes. L'utilisation d'antihistaminiques chez les enfants est particulièrement importante.

Hormonal

Des médicaments hormonaux sont utilisés pour éliminer rapidement l'inflammation et le syndrome obstructif.

Ils sont nommés si le cours de la maladie est grave ou modéré.

Le plus souvent, les médicaments hormonaux sont utilisés par inhalation, mais dans les cas graves, ils sont injectés par voie intraveineuse pour mettre fin rapidement à l’obstruction.

Antibiotiques pendant l'exacerbation

Si une bronchite obstructive est à l'origine d'infections bactériennes, des médicaments antibactériens sont prescrits.

Le traitement sera plus efficace si l’antibiotique est prescrit après la culture des expectorations bactériennes.

Le traitement sera plus efficace si un antibiotique a été prescrit après la culture de l'expectoration bactérienne.

La présence de bactéries pathogènes est en outre indiquée par la couleur jaune du mucus lors de la toux avec des impuretés purulentes, une fièvre prolongée, une intoxication du corps.

Les antibiotiques de la pénicilline sont efficaces pour la bronchite. En cas d'allergie, il est conseillé de nommer des céphalosporines.

Médicaments pour l'inhalation

Utilisation répandue dans les formes obstructives de bronchite a reçu un nébuliseur par inhalation. Avec leur aide, les spasmes des fibres musculaires sont éliminés, la lumière des bronches se dilate, le mucus est éliminé des poumons.

En raison de la facilité d'utilisation, les inhalations par nébulisation sont largement utilisées dans le traitement de la bronchite chez les enfants.

Pour les adultes, des aérosols prêts à l'emploi ou des inhalateurs à vapeur peuvent être utilisés.

Pour le traitement des adultes peuvent être utilisés inhalateurs prêts à l'emploi d'aérosols.

Les inhalations sont effectuées avec l'utilisation de médicaments bronchodilatateurs ou de diluants pour les expectorations.

Comme traitement traditionnel, les inhalations peuvent être administrées par paires de gruau à l'ail émincé et à l'oignon.

Homéopathie

L'utilisation de remèdes homéopathiques pour le traitement de la bronchite obstructive est efficace et recommandée uniquement s'ils ont été prescrits par un spécialiste.

Un homéopathe diagnostique la cause de la bronchite.

Après cela, un traitement complexe est prescrit, visant à guérir et à éliminer les rechutes à l'avenir.

Les médicaments visent à réduire la formation d'expectorations, à éliminer l'inflammation et à réduire le spasme bronchique.

Médicaments et médicaments pour la bronchite

La bronchite est un processus inflammatoire qui touche les branches des voies respiratoires et qui peut être déclenché à la fois par des lésions infectieuses et d'autres causes. Pour choisir le bon médicament pour la bronchite, vous devez d'abord consulter un médecin pour déterminer exactement la cause de l'inflammation.

Variétés de médicaments pour la bronchite

Le traitement de la bronchite est le plus souvent effectué à domicile, à l'exception des cas où la pathologie entraîne des complications graves. Un jeune enfant, une personne âgée ou un patient souffrant de pathologies concomitantes graves peut être hospitalisé pour cette maladie. Pendant la grossesse et l'allaitement, l'utilisation de tout médicament ne peut être prescrite que par un médecin.

Pour que le traitement de la bronchite soit rapide et efficace, vous devez être examiné par un médecin afin de déterminer la nature, le stade et la cause de la pathologie. Si la maladie est provoquée par une infection virale, un traitement médicamenteux est ensuite administré à l'aide d'agents anti-inflammatoires et antiviraux, ainsi que de médicaments pour le traitement symptomatique (élimination de la toux, réduction de la température). Dans de tels cas, vous pouvez vous passer d’antibiotiques. Si la bronchite est mixte ou bactérienne, une antibiothérapie doit être prescrite.

La toux est le premier et principal symptôme de la bronchite, tant aiguë que chronique. Dans les premiers stades du développement de la maladie, les expectorations ne sont presque pas formées ni séparées, mais les bronches irritées par le processus inflammatoire provoquent une toux. C'est ce qu'on appelle sec ou improductif. Les mucolytiques sont utilisés pour provoquer la sécrétion de crachats et lui donner une consistance liquide. Dans les premiers jours de la phase aiguë, avec une toux sèche angoissante et débilitante, des médicaments antitussifs peuvent être prescrits.

Après un court laps de temps, si les médicaments sont correctement sélectionnés, la formation de crachats commence. Pour mieux tousser, il est nécessaire d'utiliser des médicaments expectorants. Avec l'obstruction des branches de l'arbre bronchique prescrit des médicaments action bronchodilatatrice, relâchant les parois des voies respiratoires. Pour le traitement a été rapide, et il était plus efficace, vous pouvez utiliser les recettes de la médecine traditionnelle.

Médicaments antiviraux

Si une inflammation bronchique se produit à l’origine de la grippe, d’infections virales aiguës des voies respiratoires et d’autres infections virales, le médecin peut recommander de prendre un médicament qui supprime l’activité vitale des agents infectieux. Chez les adultes fortement immunisés, l'utilisation d'antiviraux n'est pas toujours nécessaire, car les agents immunitaires sont capables de gérer seuls les virus.

Les médicaments antiviraux les plus populaires utilisés pour traiter la bronchite sont:

Agent antiviral Amixin

  • Amiksin;
  • La Rimantadine;
  • Le viferon;
  • Tamiflu;
  • Arbidol.

Les moyens de ce groupe inhibent l'activité du virus, ont un effet immunostimulant.

Médicaments bronchodilatateurs

Les médicaments de ce groupe sont utilisés pour soulager les bronchospasmes, les dilatations de la lumière des branches de l’arbre bronchique. Ils aident à se débarrasser de l'essoufflement, accompagnant souvent une bronchite obstructive prolongée, contribuent au soulagement des crises d'asthme.

Les bronchodilatateurs se différencient par leur composition, leur durée et leur mécanisme d'action. La sélection du médicament nécessaire dans un cas particulier est la tâche du médecin traitant. Lorsque vous devez suivre les instructions d'utilisation et les recommandations médicales.

Les bronchodilatateurs les plus couramment utilisés dans le traitement de la bronchite comprennent:

Médicament bronchodilatateur Berodual

  • Berodual;
  • Salbutamol;
  • La bronholitine;
  • Ipradol;
  • Albuterol.

L'inhalation est considérée comme la méthode la plus efficace pour utiliser ce groupe de fonds. Les procédures peuvent être effectuées à la maison en utilisant un inhalateur ou un nébuliseur. L'inhalation de vapeurs contenant le médicament, a un effet rapide, l'effet thérapeutique se produit dans les 5-10 minutes. En outre, les bronchodilatateurs peuvent être achetés sous forme d'aérosol, de spray, de comprimés, de solution et de sirop.

Thérapie antibactérienne

Les fonds du groupe d'antibiotiques ne peuvent être pris que sur ordonnance. La bronchite a très rarement une nature bactérienne primaire, mais à un certain stade, des représentants d'une telle microflore peuvent être impliqués dans le processus. Parfois, la maladie est déclenchée par l'exposition simultanée de virus et de bactéries. Ensuite, vous devez utiliser des antibiotiques. Le type de médicament, le schéma et la durée de l’accueil sont déterminés par le médecin après les études de diagnostic.

La liste des antibiotiques les plus couramment prescrits pour la bronchite comprend:

Amoxicilline, médicament antibactérien

  • les aminopénicillines (Ampicilline, Amoxicilline, Flemoxin Soluteb, Augmentin);
  • les macrolides (Sumamed, Azithromycin);
  • les céphalosporines (ceftriaxone, céfotaxime, cefpirome);
  • fluoroquinolones (Elefloks, Ciprofloxacin, Ofloxacin).

Le plus souvent, les médicaments du groupe des antibiotiques sont prescrits sous forme de comprimés, parfois le médecin peut recommander des injections.

Remèdes connus pour la bronchite

Le symptôme principal de la bronchite est la toux et divers groupes de médicaments sont utilisés pour la soulager. Dans les premiers jours du développement de l'inflammation avec une toux sèche, douloureuse et larmoyante, le médecin peut recommander l'utilisation d'antitussifs. Ils affectent le système nerveux central en supprimant le réflexe de toux. Dès que la toux devient humide, il faut cesser de consommer de tels médicaments.

Parmi les médicaments antitussifs efficaces et sûrs, citons:

Antitussif Codelac

  • Stoptussin;
  • Codelac;
  • Omnitus;
  • Pakseladin.

Pilules de bronchite populaires et fréquemment prescrites:

Les noms des moyens les plus efficaces d’action expectorante et mucolytique:

  • comprimés, sirops, pastilles à base d'herbes médicinales (Dr. Mom, Prospan, Mukaltin, Gedelix, Herbion, Alteyka);
  • Lasolvan;
  • Flavamed;
  • Ambrobène;
  • ACC;
  • Ambroxol;
  • La bromhexine;
  • Ascoril.

Ces médicaments aident bien au développement des expectorations, à leur dilution, facilitent l'élimination des mucosités et des sécrétions des voies respiratoires.

De nombreux remèdes que le médecin recommande de boire avec une bronchite ont une composition combinée et ont plusieurs effets thérapeutiques:

  • soulager l'inflammation;
  • stimuler l'activité des voies respiratoires;
  • supprimer le centre de la toux.

Sinekod, Codelac Broncho, Bronhikum sont considérés comme de bons médicaments combinés pour la bronchite.

Bronchite combinée Sinekod

Traiter la bronchite doit être sous la supervision d'un médecin. Cela est particulièrement vrai chez les jeunes enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées et les patients souffrant de pathologies graves. Tous les médicaments ne sont pas autorisés pour le traitement des nourrissons, des femmes enceintes et des femmes allaitantes. Par conséquent, avant d'acheter le médicament, vous devriez consulter votre médecin. Un pharmacien dans une pharmacie recommandera un moyen peu coûteux et efficace.

Pour soigner rapidement et efficacement la maladie, il est recommandé, en plus du traitement médicamenteux, de suivre un régime avec une prédominance d’aliments à base de lait et de plantes, d’exercices de respiration, de thérapie physique, d’utilisation de compresses et d’inhalations. Dans les premiers jours d'une bronchite aiguë ou d'une exacerbation de la forme chronique de la maladie, le patient a besoin de repos au lit, de repos et d'une boisson chaude abondante. Les personnes sujettes à des processus inflammatoires fréquents dans le système respiratoire doivent faire attention à la prévention du rhume, à prendre des mesures pour renforcer le système immunitaire.

Lors des premières manifestations de la bronchite, vous devez consulter un médecin pour déterminer le traitement approprié dans un cas particulier.

Médicaments bronchodilatateurs pour la bronchite

Médicaments bronchodilatateurs

Pour les maladies respiratoires impliquant des bronchospasmes, telles que l'asthme, la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), la bronchite, des médicaments bronchodilatateurs spéciaux sont prescrits. Auparavant, l'outil le plus efficace dans ce groupe était l'adrénaline, qui a de nombreux effets secondaires. Les progrès de la médecine aujourd'hui rendent son utilisation presque impossible.

Médicaments à action bronchodilatatrice

Les médicaments existants comprennent 2 classes de produits chimiques:

  • anticholinergiques;
  • adrénergiques (adrénostimulatoire).

Le premier type de bronchodilatateur affecte les récepteurs responsables de l’irritation des terminaisons nerveuses. Le second type a pour effet direct de bloquer le spasme en développant les tissus bronchiques. Par conséquent, les anticholinergiques ne sont jamais prescrits en tant que préparations conjointes, ils sont utilisés uniquement en association avec les adrénomimiques.

Il convient également de noter que le résultat du travail des adrénostimulants est observé déjà 15 à 20 minutes après l'administration. Cet indicateur chez les anticholinergiques - de 30 à 50 minutes, mais leur effet est plus long.

Médicaments bronchodilatateurs pour la bronchite

Le groupe de médicaments en cause est prescrit, en règle générale, pour le traitement de la bronchite obstructive chronique.

Les avantages de ces médicaments bronchodilatateurs pour l'inhalation sont un petit nombre d'effets secondaires, aucun effet négatif sur le système cardiovasculaire.

En parallèle, vous devez utiliser des bêta-2-antagonistes (adrénergiques):

Une attention particulière doit être portée au médicament combiné moderne, qui combine les stimulants adrénergiques et les anticholinergiques - Berodual. Il est basé sur 2 composants actifs, se renforçant mutuellement, ce qui en fait le plus efficace à ce jour.

Le médecin peut également indiquer les moyens du groupe théophylline (méthylxanthines):

Médicaments bronchodilatateurs pour l'asthme

Le schéma thérapeutique complexe recommandé repose sur le choix de l’un des 3 médicaments suivants (adrénomimétiques):

Ils sont également efficaces et relativement sûrs.

Si vous ne pouvez pas utiliser l’un de ces trois médicaments, vous pouvez acheter:

  • Salbutamol;
  • Berotek;
  • Ventolin;
  • Serevent;
  • Bricanil;
  • Asthmopent;
  • Isadrin;
  • Foradil;
  • Alupente;
  • Bronkaid Mist;
  • Novodrin.

Parmi les cholinolytiques, les médecins conseillent 4 médicaments:

Bronchodilatateurs pour la MPOC

Pour l'exacerbation de la maladie pulmonaire obstructive chronique et de la rémission, des schémas thérapeutiques sélectionnés individuellement sont appliqués, qui comprennent les remèdes suivants:

  • Truvent et Atrovent (anticholinergiques);
  • stimulants adrénergiques à base d'albutérol (Ventolin et Salbutamol);
  • Fénotérol.

Dans de rares cas, en cas de pathologie grave, des méthylxanthines sont également prescrites, en particulier Eufilong et Teolek.

Remèdes populaires bronchodilatoires

En utilisant de tels médicaments, il convient de garder à l’esprit qu’ils ne produisent pas le même effet rapide que les adrénomimétiques et même les anticholinergiques, ils n’aident qu’en cas d’utilisation prolongée.

  1. Rectifiez 400 g de racine de gingembre, versez 0,51 ml d'alcool purifié.
  2. Insister dans un endroit chaud (sur le rebord de la fenêtre) pendant 2 semaines, en laissant le soleil percuter le contenant.
  3. Filtrer la solution et presser la pulpe.
  4. Buvez 1 cuillère à café de teinture, en pressant toutes les 3 gorgées d'eau. Prendre après les repas deux fois par jour.
  1. Hachez cinq citrons et 2 têtes d'ail, mélangez avec 1 l d'eau, légèrement froid ou à la température ambiante.
  2. Insister 5 jours, ne pas mettre dans le réfrigérateur.
  3. Filtrer le médicament.
  4. Boire 3 fois par jour, 1 cuillère à soupe environ 20 minutes avant les repas.

Bronchite chronique - traitement

La bronchite chronique est un processus inflammatoire chronique dans les bronches, accompagné de toux avec des crachats pendant au moins 3 mois par an pendant 2 ans ou plus, et aucune maladie du système broncho-pulmonaire et des ORL ne pourrait en être la cause.

Le traitement de la bronchite chronique est en grande partie déterminé par la forme clinique de la maladie, les caractéristiques de son évolution.

Le programme de traitement de la bronchite chronique

  1. Élimination des facteurs étiologiques de la bronchite chronique.
  2. Traitement hospitalier et repos au lit pour certaines indications.
  3. Nutrition médicale.
  4. Traitement antibactérien dans la période d’exacerbation de la bronchite chronique purulente, y compris les méthodes d’administration de médicaments par voie endobronchique.
  5. Amélioration de la fonction de drainage bronchique: expectorants, bronchodilatateurs, drainage de position, massage thoracique, phytothérapie, traitement par l'héparine, traitement par la calcitrine.
  6. Traitement de désintoxication dans la période d'exacerbation de la bronchite purulente.
  7. Correction de l'insuffisance respiratoire: oxygénation à long débit à faible débit, oxygénation hyperbare, oxygénation extracorporelle du sang par la membrane, inhalation d'oxygène humidifié.
  8. Traitement de l'hypertension pulmonaire chez les patients atteints de bronchite obstructive chronique.
  9. Traitement immunomodulateur et amélioration de la fonction du système de défense broncho-pulmonaire local.
  10. Augmentation de la résistance non spécifique de l'organisme.
  11. Physiothérapie, thérapie par l'exercice, exercices de respiration, massage.
  12. Traitement Spa.

Élimination des facteurs étiologiques

L'élimination des facteurs étiologiques de la bronchite chronique ralentit la progression de la maladie de plusieurs façons, empêche l'exacerbation de la maladie et l'apparition de complications.

Tout d’abord, vous devez absolument arrêter de fumer. Une grande importance est attachée à l’élimination des risques professionnels (poussières diverses, vapeurs d’acides, bases, etc.) et à la réhabilitation complète des foyers d’infection chronique (organes ORL, etc.). Il est très important de créer un microclimat optimal sur le lieu de travail et à la maison.

En cas de forte dépendance à l’apparition de la maladie et à son exacerbation subséquente des conditions météorologiques défavorables, il est conseillé de s’installer dans une région au climat sec et chaud favorable.

Les patients présentant le développement de bronchiectasies locales subissent souvent un traitement chirurgical. L'élimination de la source de l'infection purulente réduit la fréquence des exacerbations de la bronchite chronique.

Traitement hospitalier de la bronchite chronique et du repos au lit

Le traitement hospitalier et le repos au lit ne sont indiqués que pour certains groupes de patients en présence des conditions suivantes:

  • exacerbation prononcée de la bronchite chronique avec augmentation du nombre d'insuffisances respiratoires malgré un traitement ambulatoire actif;
  • le développement d'une insuffisance respiratoire aiguë;
  • pneumonie aiguë ou pneumothorax spontané;
  • manifestation ou renforcement de l'insuffisance ventriculaire droite;
  • la nécessité de certaines procédures diagnostiques et thérapeutiques (en particulier la bronchoscopie);
  • la nécessité d'une intervention chirurgicale;
  • intoxication significative et détérioration marquée de l'état général des patients atteints de bronchite purulente.

Les autres patients atteints de bronchite chronique reçoivent un traitement ambulatoire.

Nutrition médicale dans la bronchite chronique

Il est recommandé aux patients atteints de bronchite chronique de suivre un régime équilibré et suffisamment vitaminé. Il est conseillé d'inclure dans le régime des légumes et des fruits crus, des jus de fruits, des boissons à base de levure.

Dans la bronchite chronique caractérisée par la séparation d'une grande quantité de crachats, il se produit une perte de protéines et, avec le coeur pulmonaire décompensé, une perte accrue d'albumine du lit vasculaire dans la lumière intestinale. Il a été démontré que ces patients suivaient un régime alimentaire enrichi en protéines, ainsi que des transfusions d'albumine et de préparations d'acides aminés (polyamine, néframine, alvezin) par voie intraveineuse.

Avec le cœur pulmonaire décompensé, le régime n ° 10 est prescrit avec une limitation de la valeur énergétique, du sel et des liquides, ainsi qu’une augmentation (teneur en potassium).

En cas d'hypercapnie grave, la charge en glucides peut provoquer une acidose respiratoire aiguë en raison de l'augmentation de la production de dioxyde de carbone et de la diminution de la sensibilité du centre respiratoire. Dans ce cas, il est proposé d’utiliser un régime hypocalorique de 600 kcal avec restriction en glucides (30 g de glucides, 35 g de protéines, 35 g de graisses) pendant 2 à 8 semaines. Des résultats positifs ont été observés chez des patients présentant un excès de poids et un poids corporel normal. À l'avenir, une alimentation de 800 kcal par jour est prescrite. Le traitement diététique de l'hypercapnie chronique est très efficace.

Antibiotiques pour la bronchite chronique

Le traitement antibactérien est effectué dans la période d’exacerbation de la bronchite chronique purulente dans les 7 à 10 jours (parfois avec une exacerbation grave et prolongée dans les 14 jours). En outre, une antibiothérapie est prescrite pour le développement d'une pneumonie aiguë dans le contexte d'une bronchite chronique.

Lors du choix d'un agent antibactérien, l'efficacité du traitement antérieur est également prise en compte. Critères d'efficacité des antibiotiques en période d'exacerbation:

  • dynamique clinique positive;
  • mucus mucus;

diminution et disparition des indicateurs d'un processus infectieux-inflammatoire actif (normalisation de la VS, numération sanguine des leucocytes, indicateurs biochimiques de l'inflammation).

Dans la bronchite chronique, les groupes d’agents antibactériens suivants peuvent être utilisés: antibiotiques, sulfamides, nitrofuranes, trichopol (métronidazole), antiseptiques (dioxidine), phytoncides.

Les médicaments antibactériens peuvent être administrés sous forme d’aérosols, par voie orale, parentérale, endotrachéale et endobronchique. Les deux dernières méthodes d'utilisation de médicaments antibactériens sont les plus efficaces, car elles permettent à la substance antibactérienne de pénétrer directement dans le foyer inflammatoire.

Les antibiotiques sont prescrits en tenant compte de la sensibilité de la flore des expectorations (les expectorations doivent être examinées selon la méthode de Mulder ou examinées en ce qui concerne la flore et la sensibilité aux expectorations antibiotiques obtenues lors de la bronchoscopie). Pour la nomination de la thérapie antibiotique pour obtenir les résultats de la recherche bactériologique est utile microscopie des expectorations avec coloration de Gram. Habituellement, une exacerbation du processus infectieux-inflammatoire dans les bronches n'est pas causée par un seul agent infectieux, mais par une association de microbes, souvent résistants à la plupart des médicaments. Parmi les agents pathogènes, on trouve souvent la flore à Gram négatif, l’infection à mycoplasme.

Le choix correct de l'antibiotique pour la bronchite chronique est déterminé par les facteurs suivants:

  • spectre microbien de l'infection;
  • sensibilité de l'agent infectieux à l'infection;
  • distribution et pénétration de l'antibiotique dans les expectorations, la muqueuse bronchique, les glandes bronchiques, le parenchyme pulmonaire;
  • cytokinétique, c'est-à-dire la capacité du médicament à s'accumuler à l'intérieur de la cellule (c'est important pour le traitement d'infections causées par des "agents infectieux intracellulaires" - chlamydia, légionelle).

Yu. B. Belousov et al. (1996) citent les données suivantes sur l'étiologie de la bronchite aiguë et de l'exacerbation:

  • Haemophilus influenzae 50%
  • Streptococcus pneumoniae 14%
  • Pseudomonas aeruginosas 14%
  • Moraxella (Neiseria ou Branhamella) catarrhalis 17%
  • Staphylococcus aureus 2%
  • Autre 3%

Selon Yu. Novikov (1995), les principaux agents pathogènes responsables de l'exacerbation de la bronchite chronique sont:

  • Streptococcus pneumoniae 30,7%
  • Haemophilus influenzae 21%
  • Str. hémolithe 11%
  • Staphylococcus aureus 13,4%
  • Pseudomonas aeruginosae 5%
  • Mycoplazma 4,9%
  • Il a identifié l'agent pathogène 14%

Assez souvent dans la bronchite chronique on détecte une infection mixte: Moraxella catairhalis + Haemophilus influenzae.

D'après les données de 3. V. Bulatova (1980), le poids spécifique de l'infection mixte dans l'exacerbation de la bronchite chronique est le suivant:

  • microbes et mycoplasmes - dans 31% des cas;
  • microbes et virus - dans 21% des cas;
  • germes, virus imikoplasmes - dans 11% des cas.

Les agents infectieux libèrent des toxines (par exemple, N. influenzae - peptidoglycanes, lipo-oligosaccharides; Str. Pneumoniae - pneumolysine; P. aeruginosae - pyocyanine, rhamnolipides), qui endommagent l’épithélium ciliaire, provoquent des oscillations ciliaires lentes et même la mort de l’épithélium bronchique.

Lors de la prescription d'un traitement antibiotique après avoir établi le type d'agent pathogène, tenir compte des circonstances suivantes.

N. influenzae est résistant aux antibiotiques bêta-lacgamiques (pénicilline et ampicilline), provoqués par la production de l'enzyme TEM-1 qui détruit ces antibiotiques. Inactif contre N. influenzae et l'érythromycine.

Récemment signalé une distribution significative de souches de Str. pneumoniae, résistant à la pénicilline et à de nombreux autres antibiotiques bêta-lactames, macrolides, tétracycline.

M. catarrhal est une flore saprophyte normale, mais peut souvent être à l'origine d'exacerbations de bronchites chroniques. Une caractéristique de moraxella est sa grande capacité d'adhésion aux cellules de l'oropharynx, particulièrement chez les personnes de plus de 65 ans atteintes de bronchite chronique obstructive. Le plus souvent, moraxella est la cause de l'exacerbation de la bronchite chronique dans les zones à forte pollution atmosphérique (centres de l'industrie métallurgique et du charbon). Environ 80% des souches de moraxella produisent de la bêta-lactamase. Les préparations combinées d'ampicilline et d'amoxicilline avec de l'acide clavulanique et du sulbactame ne sont pas toujours actives contre les souches de moraxella productrices de bêta-lactamases. Cet agent pathogène est sensible à la setrtrim, au baktrim, au biseptol, ainsi qu'à la sensibilité élevée aux 4-fluoroquinolones et à l'érythromycine (cependant, 15% des souches de moraxella n'y sont pas sensibles).

En cas d'infections mixtes (moraxella + hemophilus bacillus), la production de β-lactamase, d'ampicilline, d'amoxicilline, de céphalosporines (ceftriaxone, céfuroxime, céfaclor) peut ne pas être efficace.

Lorsque vous choisissez un antibiotique chez les patients présentant une exacerbation aiguë de bronchite chronique, vous pouvez utiliser les recommandations de P. Wilson (1992). Il propose d’affecter les groupes de patients suivants et, en conséquence, les groupes d’antibiotiques.

  • Groupe 1 - Premières personnes en bonne santé atteintes de bronchite post-virale. Chez ces patients, on observe généralement des expectorations purulentes visqueuses et les antibiotiques ne pénètrent pas bien dans la muqueuse bronchique. Il faut conseiller à ce groupe de patients de boire beaucoup de liquides, d'expectorants, de préparations à base de plantes aux propriétés bactéricides. Cependant, en l'absence d'effet, on utilise des antibiotiques, l'amoxicilline, l'ampicilline, l'érythromycine et d'autres macrolides, des tétracyclines (doxycycline).
  • Groupe 2 - Patients atteints de bronchite chronique, fumeurs. Celles-ci incluent les mêmes recommandations que pour les personnes du groupe 1.
  • Groupe 3 - Patients atteints de bronchite chronique accompagnée de maladies somatiques graves concomitantes et présentant une forte probabilité de présence d'agents pathogènes résistants (moraxella, bacilles hémophilus). Ce groupe comprend les bêta-lactamazostabilnye céphalosporines (céfaclor, céfixime), les fluoroquinolones (ciprofloxacine, l’ofloxacine, etc.), l’amoxicilline et l’acide clavulanique.
  • Groupe 4 - Patients atteints de bronchite chronique avec bronchectasie ou pneumonie chronique, à expectoration purulente. Utilisez les mêmes médicaments que ceux recommandés pour les patients du groupe 3, ainsi que l’ampicilline en association avec le sulbaktam. De plus, un drainage actif et une physiothérapie sont recommandés. Haemophylus influenzae est l’agent pathogène le plus fréquemment observé dans les bronches.

Chez de nombreux patients atteints de bronchite chronique, l'exacerbation de la maladie est provoquée par la chlamydia, la légionelle et les mycoplasmes.

Dans ces cas, les macrolides sont hautement actifs et, dans une moindre mesure, la doxycycline. Les macrolides très efficaces, l'ozithromycine (sumamed) et la roxithromycine (rulid), la rovamycine (spiramycine) méritent une attention particulière. Après ingestion, ces médicaments pénètrent bien dans le système bronchique, persistent longtemps dans les tissus en concentration suffisante, s'accumulent dans les neutrophiles polymorphonucléaires et les macrophages alvéolaires. Les phagocytes délivrent ces médicaments sur le site d'un processus infectieux-inflammatoire. La roxithromycine (rulid) est administrée 150 mg 2 fois par jour, l'azithromycine (sumamed) 250 mg une fois par jour, la rovamycine (spiramycine) 3 millions d'UI 3 fois par jour par voie orale. La durée du traitement est de 5-7 jours.

Lors de la prescription d'antibiotiques, la tolérance individuelle doit être prise en compte, en particulier avec la pénicilline (elle ne doit pas être prescrite pour le syndrome bronchospasmodique sévère).

Les antibiotiques en aérosol sont rarement utilisés de nos jours (les aérosols antibiotiques peuvent provoquer un bronchospasme, l’effet de cette méthode n’est pas très efficace). Le plus souvent, les antibiotiques sont utilisés par voie orale et parentérale.

Lorsqu’on détecte une flore à coques à Gram positif, il est plus efficace d’attribuer des pénicillines semi-synthétiques, principalement combinées (ampioks 0,5 g 4 fois par jour par voie intramusculaire ou orale), ou des céphalosporines (kefzol, céphalexine, claforan 1 g 2 fois par jour par voie intramusculaire), avec flore coagale négative aminoglycosides (gentamicine 0,08 g 2 fois par jour par voie intramusculaire ou amikacine 0,2 g 2 fois par jour par voie intramusculaire), carbénicilline (1 g par voie intramusculaire 4 fois par jour) ou céphalosporines de dernière génération (unité 1 g 3 fois) par jour par voie intramusculaire).

Dans certains cas, les antibiotiques à large spectre peuvent être des macrolides efficaces (érythromycine 0,5 g 4 fois par jour par voie orale, oleandomycine 0,5 g 4 fois par jour par voie orale ou intramusculaire, érythrine - une association d'érythromycine et de tétracycline - 0,25 g capsules, 2 capsules 4 une fois par jour à l'intérieur), les tétracyclines, en particulier à action prolongée (méthacycline ou rondomycine 0,3 g 2 fois par jour à l'intérieur, la doxycycline ou la vibramycine en gélules 0,1 g 2 fois par jour à l'intérieur).

Ainsi, selon les idées modernes, préparations 1 ligne de traitement de l'exacerbation de bronchite chronique sont l'ampicilline (amoxicilline), y compris en combinaison avec des inhibiteurs de bêta-lactamase (augmentin d'acide clavulanique, Amoksiklav ou sulbaktamom unasin, sulatsillin), les céphalosporines orales II ou III génération, préparations de fluoroquinolone. Si vous soupçonnez le rôle des mycoplasmes, de la chlamydia, de la légionellose dans l’exacerbation de la bronchite chronique, il est recommandé d’utiliser des antibiotiques macrolides (notamment l’azithromycine - sumamed, la roxithromycine - rulid) ou les tétracyclines (doxycycline, etc.). L'utilisation combinée de macrolides et de tétracyclines est également possible.

Médicaments sulfanilamide pour la bronchite chronique

Les sulfamides sont largement utilisés pour exacerber la bronchite chronique. Ils possèdent une activité chimiothérapeutique dans la flore à Gram positif et non négatif. Les médicaments habituellement prescrits ont une action prolongée.

Biseptol en comprimés 0,48 g, à administrer à l'intérieur de 2 comprimés 2 fois par jour.

Sulfaton en comprimés 0,35 g. Le premier jour, fixez 2 comprimés le matin et le soir et les jours suivants 1 comprimé le matin et le soir.

Sulfamonométhoxine en comprimés de 0,5 g Le premier jour, 1 g est prescrit matin et soir, les jours suivants, 0,5 g le matin et le soir.

La sulfadiméthoxine est administrée de la même manière que la sulfamonométoxine.

Récemment, l'effet négatif des sulfonamides sur la fonction de l'épithélium cilié a été établi.

Préparations de nitrofurane

Les préparations de nitrofurane ont un large spectre d’action. La furazolidone est administrée principalement à 0,15 g 4 fois par jour après les repas. Le métronidazole (Trichopol), un médicament à large spectre, peut également être utilisé en comprimés de 0,25 g quatre fois par jour.

Antiseptiques

La dioxidine et la furatsiline méritent le plus d'attention parmi les antiseptiques à large spectre.

La dioxidine (solution à 0,5% de 10 et 20 ml pour administration intraveineuse, solution à 1% dans des ampoules de 10 ml pour administration cavitaire et endobronchique) est une préparation à action antibactérienne étendue. Injecter lentement par voie intraveineuse 10 ml d'une solution à 0,5% dans 10 à 20 ml d'une solution de chlorure de sodium isotonique. La dioxidine est également largement utilisée comme inhalation par aérosol - 10 ml d'une solution à 1% par inhalation.

Préparations phytoniques

Le chlorophyllipt est un phytoncidum - un médicament à base de feuilles d’eucalyptus qui a une action antistaphylococcique prononcée. Appliquer à l'intérieur d'une solution d'alcool à 1%, 25 gouttes 3 fois par jour. Il est possible d'injecter lentement par voie intraveineuse une dose de 2 ml d'une solution à 0,25% dans 38 ml d'une solution stérile de chlorure de sodium isotonique.

Les phytoncides comprennent également l'ail (inhalation) ou l'administration orale.

Nettoyage endobronchique

Le débridement endobronchique est réalisé par perfusion endotrachéale et fibrobronchoscopie. Les injections endotrachéales à l'aide d'une seringue laryngée ou d'un cathéter en caoutchouc constituent la méthode la plus simple de désinfection endobronchique. Le nombre d'injections est déterminé par l'efficacité de la procédure, la quantité d'expectoration et la sévérité de sa suppuration. Habituellement, on verse dans la trachée 30 à 50 ml d'une solution isotonique de chlorure de sodium chauffée à 37 ° C. Après l’expectoration des expectorations, les antiseptiques sont administrés:

  • solution de furatsilina 1: 5000 - en petites portions de 3 à 5 ml pendant l'inspiration (seulement 50 à 150 ml);
  • dioxidine en solution - solution à 0,5%;
  • Jus de Kalanchoe dans une dilution de 1: 2;
  • en présence de bronchoekgazov, vous pouvez entrer 3-5 ml de solution antibiotique.

Fibrobronchoscopie efficace également sous anesthésie locale. Pour la réhabilitation de l’arbre bronchique, on utilise: solution de furatsiline 1: 5000; Solution à 0,1% de furagine; Solution à 1% de rivanol; Solution à 1% de chlorophyllipta à une dilution de 1: 1; solution de dimexide.

Aérosolthérapie

La thérapie par aérosol avec des phytoncides et des antiseptiques peut être effectuée à l'aide d'inhalateurs à ultrasons. Ils créent des aérosols homogènes de granulométrie optimale qui pénètrent jusqu'aux parties périphériques de l’arbre bronchique. L'utilisation de médicaments sous forme d'aérosols garantit leur concentration locale élevée et leur distribution uniforme dans l'arbre bronchique. À l'aide d'aérosols, vous pouvez inhaler les antiseptiques furatsilin, rivanol, chlorophyllipt, l'oignon ou le jus d'ail (dilués avec une solution à 0,25% de novocaïne dans un rapport de 1:30), l'extrait de sapin, le condensat de feuilles d'airelles, la dioxidine. Après la thérapie par aérosol, un drainage postural et un massage par vibration sont effectués.

Ces dernières années, pour le traitement de la bronchite chronique, une préparation en aérosol est recommandée (bioparoxokobtal). Il contient un composant actif, la fusanfungine - un médicament d'origine fongique ayant des effets antibactériens et anti-inflammatoires. Fuzanfungin est actif principalement contre les cocci à Gram positif (staphylocoques, streptocoques, pneumocoques), ainsi que les microorganismes intracellulaires (mycoplasmes, légionelles). De plus, il a une activité antifongique. Selon White (1983), l'effet anti-inflammatoire de la fusanfungine est associé à la suppression de la production de radicaux oxygène par les macrophages. Bioparox est utilisé sous forme d'inhalations dosées - 4 respirations toutes les 4 heures pendant 8 à 10 jours.

Améliorer le drainage bronchique

La restauration ou l'amélioration de la fonction de drainage des bronches est d'une grande importance, car elle contribue à l'apparition de la rémission clinique. Chez les patients atteints de bronchite chronique dans les bronches, le nombre de cellules formant du mucus et les expectorations augmente, son caractère change, il devient plus visqueux et épais. Un grand nombre d'expectorations et une augmentation de sa viscosité violent la fonction de drainage des bronches, interrelations ventilation-perfusion, réduisent l'activité du système de protection broncho-pulmonaire local, y compris les processus immunologiques locaux.

Pour améliorer la fonction de drainage des bronches, on utilise des médicaments expectorants, un drainage postural, des bronchodilatateurs (en cas de syndrome bronchospastique), des massages.

Expectorants, phytothérapie

Selon B. Votchala, les expectorants sont des substances qui modifient les propriétés des expectorations et facilitent son écoulement.

Il n'y a pas de classification généralement acceptée des expectorants. Il convient de les classer selon le mécanisme d'action (W. G. Kukes, 1991).

Classification des expectorants

  1. Extinction de produits solo:
    • médicaments agissant réflexe;
    • médicaments d'action résorptive.
  2. Médicaments mucolytiques (ou sécrétolytiques):
    • médicaments protéolytiques;
    • dérivés d'aminoacides avec groupe SH;
    • mucorégulateurs.
  3. Sécrétions muqueuses régulatrices.

Le flegme est constitué de sécrétions bronchiques et de la salive. Normalement, le mucus bronchique a la composition suivante:

  • eau avec ions de sodium, chlore, phosphore, calcium dissous en elle (89-95%); la consistance des expectorations dépend de la teneur en eau, la partie liquide des expectorations est nécessaire au fonctionnement normal du transport mucociliaire;
  • composés macromoléculaires insolubles (glycoprotéines neutres et acides de haut et bas poids moléculaire, mucines), qui déterminent le caractère visqueux de la sécrétion - 2-3%;
  • protéines plasmatiques complexes - albumine, glycoprotéines plasmatiques, immunoglobulines des classes A, G, E;
  • enzymes antiprotéolytiques - 1-antichymotrylsine, 1-a-antitrypsine;
  • lipides (0,3-0,5%) - phospholipides du surfactant à partir d'alvéoles et de bronchioles, glycérides, cholestérol, acides gras libres.

Bronchodilatateurs pour la bronchite chronique

Les bronchodilatateurs sont utilisés pour la bronchite obstructive chronique.

La bronchite obstructive chronique est une inflammation chronique non allergique diffuse des bronches, conduisant à une insuffisance progressive de la ventilation pulmonaire et des échanges gazeux de type obstructif et se manifestant par une toux, un essoufflement et des expectorations non associés à d'autres organes et systèmes (consensus sur la bronchite obstructive chronique, sput non lésé et non associé à d'autres agents).. Au cours du processus de progression de la bronchite obstructive chronique, l’emphysème des poumons se forme, l’épuisement et l’altération de la production d’inhibiteurs de protéase en sont les causes.

Les principaux mécanismes de l'obstruction bronchique:

  • bronchospasme;
  • œdème inflammatoire, infiltration de la paroi bronchique lors de l'exacerbation de la maladie;
  • hypertrophie des muscles des bronches;
  • hypercrinia (augmentation de la quantité d'expectoration) et discrinia (modification des propriétés rhéologiques de l'expectoration, elle devient visqueuse et épaisse);
  • collapsus des petites bronches lors de l'expiration en raison d'une diminution des propriétés élastiques des poumons;
  • fibrose de la paroi des bronches, oblitération de leur lumière.

Les bronchodilatateurs améliorent la perméabilité bronchique en éliminant le bronchospasme. De plus, les méthylxanthines et les bêta-2 agonistes stimulent la fonction de l'épithélium cilié et augmentent la sécrétion des expectorations.

Les bronchodilatateurs sont prescrits en tenant compte des rythmes diurnes de la perméabilité bronchique. Les agents sympathomimétiques (stimulants bêta-adrénergiques), les préparations anticholinergiques, les dérivés de la purine (inhibiteurs de la phosphodiestérase) - les méthylxanthines sont utilisés comme bronchodilatateurs.

Les médicaments sympathomimétiques stimulent les récepteurs bêta-adrénergiques, ce qui entraîne une augmentation de l'activité de l'adénylcyclase, une accumulation de cAMP et un effet bronchodilatateur. L’éphédrine est utilisée (elle stimule les récepteurs bêta-adrénergiques, qui procurent une bronchodilatation, ainsi que les récepteurs alpha-adrénergiques, qui réduisent le gonflement de la muqueuse bronchique) de 0,025 g 2 à 3 fois par jour, le médicament combiné theofedrin 1/2 comprimé 2 à 3 fois par jour, bronholitine (préparation combinée, contenant 125 g de glaucine 0,125 g, de l'éphédrine 0,1 g, de l'huile de sauge et de l'acide citrique 0,125 g chacun) en une cuillère à soupe 4 fois par jour. La bronholitine provoque un effet bronchodilatateur, antitussif et expectorant.

L’éphédrine, la téofédrine et la bronholitine sont particulièrement importantes à prescrire tôt le matin, car c’est le pic de l’obstruction bronchique.

Lors du traitement avec ces médicaments, des effets secondaires sont possibles, liés à la stimulation des récepteurs beta1 (tachycardie, extrasystole) et alpha-adrénergiques (hypertension artérielle).

À cet égard, la plus grande attention est portée au bêta2-adrénostimulateur sélectif (stimule sélectivement les récepteurs bêta2-adrénergiques et a peu d’effet sur les récepteurs bêta-1-adrénergiques). Le solbutamol, la terbutaline, le ventolin, le berotok et un stimulant asthmopent partiellement sélectif aux béta2 sont couramment utilisés. Ces médicaments sont utilisés sous forme d'aérosols dosés 1 à 2 fois par haleine 4 fois par jour.

La tachyphylaxie se développe avec l’utilisation prolongée de stimulants bêta-adrénergiques, ce qui réduit la sensibilité des bronches et réduit l’effet, ce qui s’explique par une diminution du nombre de bêta2-adrénorécepteurs sur les membranes des muscles lisses des bronches.

Ces dernières années, des béta2-adrénostimulants à action prolongée (durée d'action d'environ 12 heures) ont été utilisés - salmétérol, formatérol sous forme d'aérosols dosés 1 à 2 fois par jour, 0,02 mg de spiroment à l'intérieur. Ces médicaments sont moins susceptibles de provoquer une tachyphylaxie.

Les dérivés de la purine (méthylxanthines) inhibent la phosphodiestérase (qui contribue à l’accumulation de l’AMPc) et les récepteurs bronchiques de l’adénosine, responsables de la bronchodilatation.

En cas d'obstruction bronchique grave, on administre très lentement par voie intraveineuse, par voie intraveineuse, 10 ml de solution à 2,4% d'eufllin dans 10 ml de solution de chlorure de sodium isotonique - 10 ml de solution d'aminophylline à 2,4% dans 300 ml de solution de chlorure de sodium isotonique.

En cas d'obstruction bronchique chronique, les préparations d'aminophylline peuvent être appliquées par voie orale après les repas, sous forme de comprimés de 0,15 g 3–4 fois par jour ou de solutions alcooliques mieux absorbées (euphyllinum - 5 g, alcool éthylique 70% - 60 g, eau distillée - jusqu'à 300 ml, prendre 1-2 cuillères à soupe 3-4 fois par jour).

Les médicaments de la théophylline prolongée, qui durent 12 heures (pris 2 fois par jour) ou 24 heures (pris 1 fois par jour), présentent un intérêt particulier. Teodur, teolong, teobilong, teotard sont nommés par 0,3 g 2 fois par jour. Unifilline fournit un niveau uniforme de théophylline dans le sang pendant la journée et est attribué à 0,4 g 1 fois par jour.

En plus de l'effet bronchodilatateur, les théophyllines à action prolongée en cas d'obstruction bronchique ont également les effets suivants:

  • réduire la pression dans l'artère pulmonaire;
  • stimuler la clairance mucociliaire;
  • améliorer la contractilité du diaphragme et des autres muscles respiratoires;
  • stimuler la libération de glucocorticoïdes par les glandes surrénales;
  • avoir un effet diurétique.

La dose quotidienne moyenne de théophylline non-fumeur est de 800 mg, pour les fumeurs de 1100 mg. Si, auparavant, le patient ne prenait pas de théophylline, le traitement devrait être instauré avec des doses plus faibles, en augmentant progressivement (après 2-3 jours).

Agents anticholinergiques

Des M-cholinolytiques périphériques sont utilisés, ils bloquent les récepteurs de l’acétylcholine et favorisent ainsi la bronchodilatation. La préférence est donnée aux anticholinergiques inhalés.

Les arguments en faveur d'une utilisation plus large des cholinolytiques dans la bronchite obstructive chronique sont les suivants:

  • les anticholinergiques provoquent la bronchodilatation au même degré que les stimulants bêta2-adrénergiques, et parfois même plus prononcée;
  • l'efficacité des anticholinergiques ne diminue pas, même après leur utilisation prolongée;
  • Avec l'augmentation de l'âge du patient et l'apparition de l'emphysème dans les poumons, le nombre de bêta2-adrénorécepteurs dans les bronches diminue progressivement et, par conséquent, l'efficacité des stimulants bêta-2-adrénergiques diminue et la sensibilité des bronches à l'effet bronchodilatoire des cholinolytes reste.

Le bromure d'ipratropium (atrovent) est utilisé - sous la forme d'un aérosol dosé 1 à 2 respirations 3 fois par jour, le bromure d'oxitropium (oxivent, ventilat) - un agent cholinolytique à action prolongée administré en une dose de 1 à 2 respirations 2 fois par jour (généralement le matin et avant l'heure du coucher) En l'absence d'effet - 3 fois par jour. Les médicaments sont pratiquement dépourvus d'effets secondaires. Ils présentent un effet bronchodilatateur après 30 à 90 minutes et ne sont pas destinés à arrêter l'attaque d'asphyxie.

Les anticholinergiques peuvent être prescrits (en l'absence d'un effet bronchodilatateur) en association avec la beta2-adrenostimulyatory. La combinaison de atrovent avec bêta-2-adrenostimulyator fénotérol (berotek) est produite sous forme d’aérodol dosé de berodual, qui est utilisé pour 1 à 2 doses (1 à 2 respirations) 3 à 4 fois par jour. L'utilisation simultanée d'anticholinergiques et de bêta-2 agonistes améliore l'efficacité du traitement bronchodilatateur.

Dans la bronchite obstructive chronique, il est nécessaire de sélectionner individuellement le traitement de base avec les médicaments bronchodilatateurs, conformément aux principes suivants:

  • bronchodilatation maximale pendant toute la journée, la thérapie de base est choisie en tenant compte des rythmes circadiens de l’obstruction bronchique;
  • dans le choix de la thérapie de base, ils sont guidés par des critères tant subjectifs qu'objectifs pour l'efficacité des bronchodilatateurs: volume expiratoire maximal par seconde ou débit expiratoire maximal en l / min (mesuré à l'aide d'un débitmètre de pointe individuel);

Avec une obstruction bronchique modérément sévère, la perméabilité bronchique du médicament combiné théofédrine (qui, avec les autres composants, comprend la théophylline, la belladone, l’éphédrine) peut être améliorée de 1/2, 1 comprimé 3 fois par jour ou en prenant des poudres de composition suivante: éphédrine 0,025 g, platymin 0,003 g, euphyllinum 0,15 g, papavérine 0,04 g (1 poudre 3-4 fois par jour).

Les tactiques de traitement suivantes pour la bronchite obstructive chronique sont recommandées.

Les médicaments de première intention sont le bromure d'ipratrothum (atrovent) ou le bromure d'oxitropium, en l'absence d'effet du traitement avec des anticholinergiques inhalés, des stimulants bêta-2-adrénergiques (fénotérol, salbutamol, etc.) ou de la préparation combinée berodual. À l'avenir, en l'absence d'effet, il est recommandé d'ajouter successivement de la théophylline aux étapes précédentes, puis des formes glucocorticoïdes inhalées (l'ingacort est le plus efficace et le plus sûr (hémihydrate de flunisolide), s'il est absent, car il est utilisé et enfin si le glucocorticoïde est pris oralement. O. V. Aleksandrov et 3. V. Vorobyova (1996) considèrent que le schéma suivant est efficace: la prednisone est prescrite avec une augmentation progressive de la dose jusqu'à 10-15 mg sur 3 jours, puis La dose obtenue est appliquée pendant 5 jours, puis diminue progressivement en 3 à 5 jours.Avant de prescrire des glucocorticoïdes, il est conseillé de relier les médicaments anti-inflammatoires (Intal, Tayled) aux bronchodilatateurs, ce qui réduit l'enflure des bronches et leur obstruction bronchique.

Bien entendu, la nomination de glucocorticoïdes à l'intérieur n'est pas souhaitable, mais dans les cas d'obstruction bronchique grave en l'absence de l'effet du traitement bronchodilateur susmentionné, il peut être nécessaire de les appliquer.

Dans ces cas, il est préférable d’utiliser des médicaments à action brève, c.-à-d. Prednisolone, Urbazon, essayez d’utiliser de petites doses quotidiennes (3-4 comprimés par jour) pas pour une longue période (7-10 jours), en passant ensuite à des doses d'entretien qu'il est conseillé de prescrire le matin par une méthode intermittente (double de la dose d'entretien tous les deux jours). Une partie de la dose d'entretien peut être remplacée par l'injection de becotid, ingakorta.

Il est conseillé de procéder à un traitement différentiel de la bronchite obstructive chronique, en fonction du degré de dysfonctionnement de la respiration externe.

Il existe trois degrés de gravité de la bronchite obstructive chronique, en fonction des indicateurs de volume expiratoire maximal en première seconde (VEMS):

  • léger - VEMS égal ou inférieur à 70%;
  • VEMS moyen compris entre 50 et 69%;
  • sévère - VEMS inférieur à 50%.

Drainage de position

Le drainage positionnel (postural) consiste à utiliser une certaine position du corps pour un meilleur écoulement des expectorations. Le drainage de positionnement est réalisé chez les patients atteints de bronchite chronique (en particulier de formes purulentes) tout en réduisant le réflexe de toux ou les expectorations trop visqueuses. Il est également recommandé après les perfusions endotrachéales ou l'administration d'expectorant sous forme d'aérosol.

Elle est pratiquée 2 fois par jour (matin et soir, mais cela est possible plus souvent) après la prise préalable de bronchodilatateurs et de médicaments expectorants (généralement une infusion de thermopsis, de pied de pied, de romarin sauvage, de plantain), ainsi que de thé à la chaux vive. Au bout de 20 à 30 minutes, le patient prend alternativement des positions favorisant la vidange maximale des crachats de certains segments du poumon sous l’effet de la gravité et le "ruissellement" jusqu’à la toux des zones réflexogènes. Dans chaque position, le patient effectue d’abord 4 à 5 mouvements respiratoires lents et profonds, inspirant de l’air par le nez et expirant par les lèvres serrées; puis, après une respiration lente et profonde, il produit 3-4 fois une toux peu profonde 4-5 fois. Un bon résultat est obtenu avec une combinaison de positions de drainage avec diverses méthodes de vibration thoracique sur les segments drainés ou sa compression par les mains lors de l’expiration, avec un massage effectué de manière assez énergique.

Le drainage postural est contre-indiqué en cas d'hémoptysie, de pneumothorax et de dyspnée ou de bronchospasme important au cours de la procédure.

Massage pour bronchite chronique

Le massage est inclus dans le traitement complexe de la bronchite chronique. Il favorise l'écoulement des expectorations, a un effet broncho-relaxant. Utilisé classique, segmental, acupression. Ce dernier type de massage peut avoir un effet broncho-relaxant important.

Traitement à l'héparine

L'héparine empêche la dégranulation des mastocytes, augmente l'activité des macrophages alvéolaires, a un effet anti-inflammatoire, antitoxique et diurétique, réduit l'hypertension artérielle pulmonaire, favorise la sécrétion des expectorations.

Les principales indications de l'héparine pour la bronchite chronique sont:

  • la présence d'une obstruction bronchique réversible;
  • hypertension pulmonaire;
  • insuffisance respiratoire;
  • inflammation active dans les bronches;
  • DIC-Syvdrom;
  • une augmentation significative de la viscosité des expectorations.

L'héparine est assignée à 5 000-10 000 UI 3 à 4 fois par jour sous la peau de l'abdomen. Le médicament est contre-indiqué dans le syndrome hémorragique, l'hémoptysie, l'ulcère peptique.

La durée du traitement par l'héparine est généralement de 3 à 4 semaines, suivies d'un sevrage progressif par réduction d'une dose unique.

Utilisation de calcitonine

En 1987, V.V. Namestnikova a proposé le traitement de la bronchite chronique à la colcitrine (la calcitrine est une forme posologique injectable de calcitonine). Il a une action anti-inflammatoire, inhibe la sécrétion de médiateurs par les mastocytes, améliore la perméabilité bronchique. Il est utilisé pour la bronchite chronique obstructive sous forme d'inhalation d'aérosols (1 à 2 U dans 1 à 2 ml d'eau par inhalation). La durée du traitement est de 8 à 10 inhalations.

Thérapie de désintoxication

Dans le but de désintoxiquer la période d’exacerbation de la bronchite purulente, on applique une perfusion intraveineuse de 400 ml d’hémodèse (contre-indiqué dans les allergies sévères, syndrome bronchospastique), une solution de chlorure de sodium isotonique, une solution de Ringer, une solution de glucose à 5%. En outre, il est recommandé de boire beaucoup de boissons (jus de canneberge, bouillon de dogrose, thé à la lime, jus de fruits).

Correction d'une insuffisance respiratoire

La progression de la bronchite obstructive chronique, l'emphysème pulmonaire conduit à l'apparition d'une insuffisance respiratoire chronique, principale cause de dégradation de la qualité de vie et d'invalidité du patient.

L'insuffisance respiratoire chronique est une affection du corps dans laquelle, en raison d'une lésion du système respiratoire, la composition sanguine en gaz normale du sang n'est pas maintenue ou est obtenue principalement en incluant les mécanismes de compensation du système respiratoire lui-même, du système cardiovasculaire, du système de transport du sang et des processus métaboliques. les tissus.

Bronchite obstructive chronique - Traitement

Avec une maladie telle que la bronchite obstructive chronique, le traitement est long et symptomatique. En raison du fait que l'obstruction chronique des poumons est inhérente aux fumeurs ayant des années d'expérience, ainsi qu'aux personnes travaillant dans des industries dangereuses avec une forte teneur en poussière dans l'air inhalé, le traitement consiste principalement à enrayer les effets négatifs sur les poumons.

Bronchite obstructive chronique: traitement avec des moyens modernes

Le traitement de la bronchite obstructive chronique est dans la plupart des cas une tâche extrêmement difficile. Tout d'abord, cela est dû au schéma fondamental du développement de la maladie - la progression constante de l'obstruction bronchique et de l'insuffisance respiratoire due au processus inflammatoire et à l'hyperréactivité bronchique et au développement d'une obstruction bronchique irréversible persistante résultant de la formation d'un emphysème pulmonaire obstructif. En outre, la faible efficacité du traitement de la bronchite obstructive chronique est due à la visite tardive de celui-ci chez le médecin alors qu’il existe déjà des signes d’insuffisance respiratoire et de modifications irréversibles des poumons.

Cependant, le traitement moderne, complexe et adéquat de la bronchite obstructive chronique permet dans de nombreux cas de réduire le taux de progression de la maladie entraînant une augmentation de l'obstruction bronchique et de l'insuffisance respiratoire, de réduire la fréquence et la durée des exacerbations, d'améliorer l'efficacité et la tolérance à l'exercice.

Le traitement de la bronchite obstructive chronique comprend:

  • traitement non pharmacologique de la bronchite obstructive chronique;
  • l'utilisation de bronchodilatateurs;
  • la nomination d'un traitement mucorégulateur;
  • correction de l'insuffisance respiratoire;
  • traitement anti-infectieux (avec exacerbations de la maladie);
  • traitement anti-inflammatoire.

La plupart des patients atteints de BPCO devraient être traités en ambulatoire, selon un programme individuel mis au point par le médecin traitant.

Les indications d'hospitalisation sont:

  1. Exacerbation de la MPOC non contrôlée en ambulatoire malgré le déroulement de (fièvre persistante, toux, décollement des expectorations purulentes, signes d'intoxication, insuffisance respiratoire croissante, etc.).
  2. Insuffisance respiratoire aiguë.
  3. Augmentation de l'hypoxémie artérielle et de l'hypercapnie chez les patients présentant une insuffisance respiratoire chronique.
  4. Le développement de la pneumonie sur le fond de la MPOC.
  5. L'apparition ou l'évolution de signes d'insuffisance cardiaque chez les patients atteints de maladie cardiaque pulmonaire chronique.
  6. La nécessité de procédures diagnostiques relativement complexes (p. Ex. Bronchoscopie).
  7. La nécessité d'une intervention chirurgicale avec l'utilisation de l'anesthésie.

Le rôle principal dans le rétablissement appartient sans aucun doute au patient lui-même. Tout d'abord, il est nécessaire d'abandonner l'habitude néfaste de la cigarette. L'effet irritant que la nicotine a sur les tissus pulmonaires annulera toute tentative de "débloquer" le travail des bronches, d'améliorer l'irrigation sanguine des organes respiratoires et de leurs tissus, de supprimer les épisodes de toux et de ramener la respiration à la normale.

La médecine moderne propose de combiner deux options de traitement - de base et symptomatique. Le traitement de base de la bronchite obstructive chronique repose sur des médicaments qui soulagent les irritations et la congestion des poumons, facilitent la décharge des expectorations, élargissent la lumière des bronches et améliorent la circulation sanguine. Ceux-ci incluent les préparations de xanthine, les corticostéroïdes.

Au stade du traitement symptomatique, les mucolytiques sont le principal moyen de lutte contre la toux et les antibiotiques, afin d’exclure l’addition d’une infection secondaire et le développement de complications.

Une physiothérapie périodique et des exercices thérapeutiques sur la région thoracique sont présentés, ce qui facilite grandement l'écoulement des expectorations visqueuses et la ventilation des poumons.

Bronchite obstructive chronique - traitement par des méthodes non médicamenteuses

Le complexe de mesures thérapeutiques non médicamenteuses chez les patients atteints de BPCO comprend l'arrêt du tabac et, si possible, l'élimination d'autres causes externes de la maladie (y compris l'exposition à des polluants domestiques et industriels, des infections virales respiratoires à répétition, etc.). La réhabilitation des foyers d’infection, principalement dans la cavité buccale, la restauration de la respiration nasale, etc., revêtent une grande importance. Dans la plupart des cas, quelques mois après l’arrêt du tabac, les manifestations cliniques de bronchite obstructive chronique (toux, expectorations et essoufflement) diminuent et le taux de diminution du VEMS et d’autres indicateurs de la fonction respiratoire ralentit.

Le régime alimentaire des patients atteints de bronchite chronique doit être équilibré et contenir suffisamment de protéines, de vitamines et de minéraux. L'apport supplémentaire en antioxydants, tels que le tocophérol (vitamine E) et l'acide ascorbique (vitamine C), revêt une importance particulière.

La nutrition des patients atteints de bronchite obstructive chronique devrait également inclure une quantité accrue d'acides gras polyinsaturés (eicosapentaénoïque et docosahexaénoïque) contenus dans des produits marins et ayant un effet anti-inflammatoire particulier en raison d'une diminution du métabolisme de l'acide arachidonique.

En cas d'insuffisance respiratoire et de troubles de l'état acido-basique, il est conseillé d'utiliser un régime hypocalorique et de limiter l'apport en glucides simples, qui augmentent la formation de dioxyde de carbone en raison de leur métabolisme accéléré et, en conséquence, diminuent la sensibilité du centre respiratoire. Selon certaines données, l’utilisation d’un régime hypocalorique chez les patients atteints de MPOC gravement malade présentant des signes d’insuffisance respiratoire et d’hypercapnie chronique est comparable à celle obtenue par l’utilisation d’un traitement prolongé à faible teneur en oxygène chez ces patients.

Traitement médicamenteux de la bronchite obstructive chronique

Le tonus des muscles lisses des bronches est régulé par plusieurs mécanismes neurohumoraux. En particulier, la dilatation bronchique se développe pendant la stimulation:

  1. beta2-adrenoreceptors avec l'adrénaline et
  2. Les récepteurs VIP du système nerveux NASO (système nerveux non cholinergique et non adrénergique).

Au contraire, le rétrécissement de la lumière des bronches se produit lors de la stimulation:

  1. Récepteurs M-cholinergiques acétylcholine,
  2. récepteurs pour la substance P (système NANH)
  3. les récepteurs adrénergiques alpha.

En outre, de nombreuses substances biologiquement actives, y compris des médiateurs inflammatoires (histamine, bradykinine, leucotriènes, prostaglandines, facteur d'activation des plaquettes - FAP, sérotonine, adénosine, etc.) ont également un effet prononcé sur le tonus musculaire lisse des bronches, contribuant principalement à diminution de la lumière des bronches.

Ainsi, l'effet de bronchodilatation peut être obtenu de plusieurs manières. Le blocage des récepteurs M-cholinergiques et la stimulation des récepteurs bêta-2-adrénergiques des bronches sont actuellement les plus largement utilisés. En conséquence, les M-anticholinergiques et les bêta-2-agonistes (sympathomimétiques) sont utilisés dans le traitement de la bronchite obstructive chronique. Le troisième groupe de bronchodilatateurs utilisés chez les patients atteints de BPCO comprend les dérivés de la méthylxanthine, dont le mécanisme d'action sur les muscles lisses des bronches est plus complexe.

Selon les concepts modernes, l'utilisation systématique de médicaments bronchodilatateurs est à la base du traitement de base des patients atteints de bronchite obstructive chronique et de BPCO. Un tel traitement de la bronchite chronique obstructive est d'autant plus efficace. composante réversible prononcée de l'obstruction bronchique. Cependant, l'utilisation de bronchodilatateurs chez les patients atteints de BPCO, pour des raisons évidentes, a un effet positif significativement plus faible que chez les patients souffrant d'asthme bronchique, car le mécanisme pathogénique le plus important de la BPCO est l'obstruction irréversible progressive des voies respiratoires, due à la formation d'emphysème. Dans le même temps, il ne faut pas oublier que certains bronchodilatateurs modernes ont un spectre d'action assez large. Ils aident à réduire le gonflement de la muqueuse bronchique, normalisent le transport mucociliaire, réduisent la production de sécrétions bronchiques et de médiateurs inflammatoires.

Il convient de souligner que chez les patients fonctionnels atteints de BPCO, les tests fonctionnels décrits ci-dessus avec bronchodilatateurs sont négatifs, car l'augmentation du VEMS après une seule application de M-anticholinergiques et même de sympathomimétiques bêta-2 est inférieure à 15% de la valeur appropriée. Toutefois, cela ne signifie pas qu'il soit nécessaire de refuser le traitement de la bronchite obstructive chronique par des bronchodilatateurs, car l'effet positif de leur utilisation systématique se produit généralement au plus tôt 2 à 3 mois après le début du traitement.

Administration par inhalation de bronchodilatateurs

Il est préférable d’utiliser des bronchodilatateurs inhalés, car cette voie d’administration contribue à une pénétration plus rapide des médicaments dans la membrane muqueuse des voies respiratoires et à la préservation à long terme d’une concentration locale assez élevée de médicaments. Ce dernier effet est notamment assuré par l'ingestion répétée de médicaments dans les poumons, qui sont absorbés par la muqueuse des bronches dans le sang et passent par les veines bronchiques et les vaisseaux lymphatiques jusqu'au cœur droit, puis de là aux poumons.

L’administration bronchodilatatrice par voie inhalation a pour avantage important d’avoir un effet sélectif sur les bronches et une réduction significative du risque d’effets indésirables systémiques.

L’administration de bronchodilatateurs par inhalation se fait par l’utilisation d’inhalateurs à poudre, d’entretoises, de nébuliseurs, etc. Lors de l’utilisation d’un inhalateur-doseur, le patient doit acquérir certaines compétences lui permettant d’entrer plus complètement dans les voies respiratoires. Pour ce faire, après une expiration douce et silencieuse, l'embout buccal de l'inhalateur enveloppe étroitement ses lèvres et commence à inhaler lentement et profondément. Appuyez une fois sur le flacon en aérosol et continuez à prendre une profonde inspiration. Après cela, retenez votre souffle pendant 10 secondes. Si deux doses (inhalation) de l'inhalateur sont prescrites, attendez au moins 30 à 60 secondes, puis répétez la procédure.

Chez les patients âgés qui éprouvent des difficultés à maîtriser pleinement les techniques d’utilisation d’un inhalateur-doseur, il est pratique d’utiliser des «espaceurs» dans lesquels le médicament est pulvérisé dans un flacon en plastique spécial juste avant d’inhaler sous forme d’aérosol. Dans ce cas, le patient prend une profonde respiration, retient sa respiration, expire dans l'embout buccal de la cale, après quoi il prend une nouvelle respiration profonde sans appuyer sur l'aérosol.

Le plus efficace est l’utilisation de compresseurs et de nébuliseurs à ultrasons (du latin: nébuleuse - brouillard), qui assurent la dispersion de substances médicamenteuses liquides sous forme d’aérosols fins, contenant le médicament sous forme de particules d’une taille allant de 1 à 5 microns. Cela peut réduire de manière significative la perte d'aérosol médicamenteux, sans tomber dans les voies respiratoires, et permettre une pénétration importante de l'aérosol dans les poumons, y compris les bronches moyennes et même les plus petites, alors qu'avec les inhalateurs traditionnels, cette pénétration est limitée aux bronches et à la trachée proximales.

Les avantages de l'inhalation de médicaments par le biais de nébuliseurs sont les suivants:

  • la profondeur de pénétration du fin aérosol médicamenteux dans les voies respiratoires, y compris les bronches moyennes et même les plus petites;
  • simplicité et commodité de l'inhalation;
  • pas besoin de coordonner l'inspiration avec l'inhalation;
  • la possibilité d'introduire de fortes doses de médicaments, ce qui permet l'utilisation de nébuliseurs pour le soulagement des symptômes cliniques les plus graves (essoufflement grave, crise d'asthme, etc.);
  • la possibilité d'inclure des nébuliseurs dans le circuit du ventilateur et des systèmes d'oxygénothérapie.

À cet égard, l’introduction de médicaments au moyen de nébuliseurs est principalement utilisée chez les patients présentant un syndrome obstructif sévère, une insuffisance respiratoire progressive, des personnes âgées et des personnes âgées, etc. Grâce aux nébuliseurs, il est possible d’introduire non seulement des bronchodilatateurs dans les voies respiratoires, mais également des agents mucolytiques.

Anticholinergiques (M-cholinolytics)

Actuellement, les M-anticholinergiques sont considérés comme des médicaments de premier choix chez les patients atteints de BPCO, car le principal mécanisme pathogénétique du composant réversible de l'obstruction bronchique dans cette maladie est la bronchoconstruction cholinergique. Il a été démontré que, chez les patients atteints de BPCO, les anticholinergiques ne sont pas inférieurs aux bêta-2-adrénomimétiques en termes d’effet bronchodilatateur et sont supérieurs à la théophylline.

L’effet de ces médicaments bronchodilatateurs est associé à une inhibition compétitive de l’acétylcholine au niveau des récepteurs des membranes postsynaptiques des muscles lisses des bronches, des glandes muqueuses et des mastocytes. On sait que la stimulation excessive des récepteurs cholinergiques entraîne non seulement une augmentation du tonus des muscles lisses et une augmentation de la sécrétion de mucus bronchique, mais également une dégranulation des mastocytes, entraînant la libération d'un grand nombre de médiateurs inflammatoires, ce qui améliore in fine le processus inflammatoire et l'hyperréactivité bronchique. Ainsi, les anticholinergiques inhibent la réponse réflexe des muscles lisses et des glandes muqueuses provoquée par l'activation du nerf vague. Par conséquent, leur effet se manifeste avec l'utilisation du médicament avant le début de l'action des facteurs irritants ainsi que pendant un processus déjà développé.

Il convient également de rappeler que l’effet positif des anticholinergiques se manifeste principalement au niveau de la trachée et des grandes bronches, car c’est là qu’il existe une densité maximale de récepteurs cholinergiques.

Rappelez-vous:

  1. Les cholinolytiques sont les médicaments de premier choix dans le traitement de la bronchite obstructive chronique, car le tonus parasympathique de cette maladie est le seul composant réversible de l’obstruction bronchique.
  2. L'effet positif de M-cholinolytics est:
    1. en réduisant le tonus des muscles lisses des bronches,
    2. réduire la sécrétion de mucus bronchique et
    3. réduire le processus de dégranulation des mastocytes et limiter la libération de médiateurs inflammatoires.
  3. L'effet positif des anticholinergiques se manifeste principalement au niveau de la trachée et des grandes bronches

Chez les patients atteints de BPCO, les formes inhalées d'anticholinergiques sont couramment utilisées - les composés appelés ammonium quaternaire, qui ne pénètrent pas bien à travers la membrane muqueuse des voies respiratoires et ne provoquent pratiquement pas d'effets secondaires systémiques. Les plus courants sont le bromure d'ipratropium (atrovent), le bromure d'oxitropium, l'iodure d'ipratropium et le bromure de tiotropium, principalement utilisés dans les aérosols dosés.

L'effet bronchodilatateur commence 5 à 10 minutes après l'inhalation et atteint son maximum au bout de 1 à 2 heures environ. La durée de l'iodure d'ipratropium est de 5 à 6 heures, le bromure d'ipratropium (atrovent) 6-8 heures, le bromure d'oxytropium 8-10 heures et le bromure de tiotropium. - 10-12 h.

Effets secondaires

Parmi les effets secondaires indésirables des M-anticholinergiques, notons la bouche sèche, les maux de gorge et la toux. Les effets secondaires systémiques du blocage des récepteurs M-cholinergiques, y compris l'effet cardiotoxique sur le système cardiovasculaire, sont pratiquement absents.

Le bromure d'ipratropium (atrovent) est disponible sous forme d'aérosol à dose mesurée. Attribuer 2 respirations (40 mcg) 3-4 fois par jour. L'inhalation atrovente, même avec des traitements courts, améliore considérablement la perméabilité bronchique. Particulièrement efficace dans le traitement de la MPOC, l'utilisation à long terme d'Atrovent, qui réduit de manière fiable le nombre d'exacerbations de bronchites chroniques, améliore considérablement la saturation en oxygène (SaО2) dans le sang artériel, normalise le sommeil chez les patients atteints de BPCO.

Chez les patients atteints de BPCO de gravité modérée, l'inhalation atrovent ou d'une autre molécule de M-cholinolyticone est acceptable, généralement pendant les périodes d'exacerbation de la maladie, mais ne devrait pas être inférieure à 3 semaines. Dans la MPOC modérée à sévère, les anticholinergiques sont utilisés en permanence. Il est important qu’avec un traitement à long terme avec atrovent, la tolérance au médicament et la tachyphylaxie ne se produisent pas.

Contre-indications

M-holinoblokatory contre-indiqué dans le glaucome. Des précautions doivent être prises lors de la prescription aux patients atteints d'adénome de la prostate.

Beta2 adrénergiques sélectifs

Les bêta-2-adrénergiques sont à juste titre considérés comme les médicaments bronchodilatateurs les plus efficaces actuellement largement utilisés pour le traitement de la bronchite obstructive chronique. Nous parlons de sympathomimétiques sélectifs, qui ont un effet stimulant sélectif sur les récepteurs bêta-2-adrénergiques des bronches et n’ont presque aucun effet sur les récepteurs bêta-1-adrénergiques et les récepteurs alpha; seuls un petit nombre d’entre eux sont représentés dans les bronches.

Les récepteurs alpha-adrénergiques sont définis principalement dans les muscles lisses des vaisseaux sanguins, dans le myocarde, le système nerveux central, la rate, les plaquettes, le foie et le tissu adipeux. Dans les poumons, un nombre relativement petit d'entre eux sont localisés principalement dans les régions distales des voies respiratoires. La stimulation des récepteurs alpha-adrénergiques, en plus des réactions prononcées du système cardiovasculaire, du système nerveux central et des plaquettes, conduit à une augmentation du tonus des muscles lisses des bronches, à une augmentation de la sécrétion de mucus dans les bronches et à la libération d'histamine par les mastocytes.

Les bêta-1-adrénorécepteurs sont largement représentés dans le myocarde des oreillettes et des ventricules cardiaques, dans le système conducteur du cœur, dans le foie, les muscles et le tissu adipeux, dans les vaisseaux sanguins et sont presque absents dans les bronches. La stimulation de ces récepteurs entraîne une réaction prononcée du système cardiovasculaire sous la forme d’effets inotropes, chronotropes et dromotropes positifs, en l’absence de réponse locale des voies respiratoires.

Enfin, les récepteurs β2-adrénergiques se trouvent dans les muscles lisses des vaisseaux sanguins, de l’utérus, du tissu adipeux, ainsi que dans la trachée et les bronches. Il convient de souligner que la densité de récepteurs bêta2-adrénergiques dans l'arbre bronchique dépasse de manière significative la densité de tous les récepteurs adrénergiques distaux. La stimulation des récepteurs bêta-2-adrénergiques par les catécholamines est accompagnée par:

  • relaxation des muscles lisses des bronches;
  • réduction de la libération d'histamine par les mastocytes;
  • activation du transport mucociliaire;
  • stimulation de la production de facteurs de relaxation bronchique par les cellules épithéliales.

En fonction de leur capacité à stimuler les récepteurs adrénergiques alpha, beta1 et / ou beta2, tous les sympathomimétiques sont divisés en:

  • sympathomimétiques universels qui affectent les récepteurs alpha et bêta-adrénergiques: adrénaline, éphédrine;
  • sympathomimétiques non sélectifs qui stimulent les récepteurs bêta1 et bêta2-adrénergiques: isoprénaline (novodrine, izadrine), orciprénaline (alupept, asthmopent), hexaprénaline (ipradol);
  • sympathomimétiques sélectifs agissant sélectivement sur les récepteurs bêta2-adrénergiques: salbutamol (ventolin), fénotérol (berotok), terbutaline (bricanil) et certaines formes prolongées.

Actuellement, les sympathomimétiques universels et non sélectifs ne sont pratiquement pas utilisés pour le traitement de la bronchite obstructive chronique en raison du grand nombre d'effets secondaires et de complications dus à leur activité alpha et / ou beta1 prononcée.

Les bêta-2-adrénergiques sélectifs actuellement largement utilisés ne provoquent presque pas de complications graves du système cardiovasculaire et du système nerveux central (tremblements, maux de tête, tachycardies, troubles du rythme, hypertension, etc.) caractéristiques de sympathomimètres non sélectifs et plus universels. Il convient de garder à l’esprit que la sélectivité de divers bêta-2-adrénomimétiques est relative et n’exclut pas complètement l’activité de la bêta1.

Tous les bêta-2-adrénergiques sélectifs sont divisés en médicaments à action rapide et à action prolongée.

Les médicaments à action brève comprennent le salbutamol (ventoline, fénotérol (berotok), terbutaline (bricanyl), etc.). Les médicaments de ce groupe sont administrés par inhalation et sont considérés comme le moyen de choix principalement pour le soulagement des obstructions bronchiques aiguës (par exemple, chez les patients atteints d'asthme bronchique) et le traitement. Bronchite obstructive chronique: leur action commence 5 à 10 minutes après l'inhalation (dans certains cas, plus tôt), l'effet maximal se manifeste après 20 à 40 minutes, la durée d'action est de 4 à 6 heures.

Le médicament le plus courant dans ce groupe est le salbutamol (ventolin), considéré comme l’un des bêta-adrénomimétiques les plus sûrs. Les médicaments sont plus souvent utilisés par inhalation, par exemple, en utilisant un épinard, à une dose de 200 mm au maximum 4 fois par jour. Malgré sa sélectivité, même avec l’utilisation par inhalation de salbutamol, chez certains patients (environ 30%), des réactions systémiques indésirables se manifestent sous forme de tremblements, de palpitations, de maux de tête, etc. Cela est dû au fait que la majeure partie du médicament est déposée dans les voies respiratoires supérieures, avalée par le patient et absorbée par le sang dans le tractus gastro-intestinal, ce qui provoque les réactions systémiques décrites. Ces derniers, à leur tour, sont associés à la présence de réactivité minimale du médicament.

Le fénotérol (berotek) a une activité légèrement supérieure à celle du salbutamol et une demi-vie plus longue. Cependant, sa sélectivité est environ 10 fois inférieure à celle du salbutamol, ce qui explique la pire tolérance de ce médicament. Le fénotérol est prescrit sous forme d'inhalations dosées de 200 à 400 μg (1 à 2 respirations) 2 à 3 fois par jour.

Des effets indésirables sont observés lors d’une utilisation prolongée de beta2-adrenomimetik. Celles-ci comprennent la tachycardie, les battements, la fréquence accrue des accidents vasculaires cérébraux chez les patients atteints de coronaropathie, l'augmentation de la pression artérielle systémique et d'autres facteurs dus à une sélectivité incomplète des médicaments. L'utilisation prolongée de ces médicaments entraîne une diminution de la sensibilité des récepteurs bêta-2-adrénergiques et le développement de leur blocage fonctionnel, ce qui peut entraîner une exacerbation de la maladie et une nette diminution de l'efficacité du traitement antérieur de la bronchite chronique obstructive. Par conséquent, chez les patients atteints de BPCO, dans la mesure du possible, seule une utilisation sporadique (non régulière) des médicaments de ce groupe est recommandée.

Les bêta-2-adrénomimétiques à longue durée d'action comprennent le formotérol, le salmétérol (Sereven), les saltos (salbutamol à libération retardée) et autres. L'effet prolongé de l'action de ces médicaments (jusqu'à 12 heures après une inhalation ou une administration orale) est dû à leur accumulation dans les poumons.

Contrairement aux bêta-2 agonistes à courte durée d'action, les médicaments à longue durée d'action énumérés ont un effet lent; ils sont donc principalement utilisés pour le traitement bronchodilatateur à long terme (ou bien sûr) afin de prévenir la progression de l'obstruction bronchique et des exacerbations de la maladie. Selon certains chercheurs, les bêta-2-adrénergiques de l'action prolongée ont également des propriétés anti-inflammatoires. action, car ils réduisent la perméabilité vasculaire, empêchent l’activation des neutrophiles, des lymphocytes, les macrophages inhibant la libération d'histamine, de leucotriènes et de prostaglandnines par les mastocytes et les éosinophiles. Une combinaison de la prise d'agonistes bêta2-adrénergiques à longue durée d'action avec l'utilisation de glucocorticoïdes inhalés ou d'autres médicaments anti-inflammatoires est recommandée.

Le formotérol exerce une action bronchodilatatrice de longue durée (jusqu’à 8 à 10 heures), y compris pendant l’utilisation par inhalation. Le médicament est administré par inhalation à une dose de 12 à 24 µg 2 fois par jour ou sous forme de comprimé à 20, 40 et 80 µg.

Volmax (salbutamol SR) est une préparation prolongée de salbutamol destinée à être prise par voie orale. Le médicament est prescrit 1 comprimé (8 mg) 3 fois par jour. Durée d'action après une dose unique du médicament, 9 heures.

Le salmétérol (serevent) est également un bêta-2-sympathomimétique prolongé d’une durée de 12 heures relativement nouveau et dont l’effet bronchodilatateur dépasse les effets du salbutamol et du fénotérol. Une des caractéristiques distinctives du médicament est sa très grande sélectivité, qui est plus de 60 fois supérieure à celle du salbutamol, ce qui garantit un risque minimal de survenue d’effets secondaires systémiques.

Salmeterol administré à une dose de 50 mg 2 fois par jour. Dans le syndrome obstructif bronchique grave, la dose peut être augmentée de 2 fois. Il a été démontré qu'un traitement prolongé au salmétérol entraîne une réduction significative du nombre d'exacerbations de la MPOC.

Tactiques d'utilisation de beta2-adrenomimetik sélectif chez les patients atteints de BPCO

Compte tenu de la faisabilité d'utiliser des bêta-2-adrénomimétiques sélectifs pour le traitement de la bronchite obstructive chronique, plusieurs facteurs importants doivent être soulignés. En dépit du fait que les bronchodilatateurs de ce groupe sont actuellement largement prescrits pour le traitement des patients atteints de BPCO et sont considérés comme des médicaments de traitement de base pour les patients décédés, il convient de noter que, dans la pratique clinique actuelle, leur utilisation rencontre des difficultés importantes, parfois insurmontables. la présence de la plupart d'entre eux des effets secondaires prononcés. En plus des troubles cardiovasculaires (tachycardie, arythmies, tendance à la hausse de la pression artérielle systémique, tremblements, maux de tête, etc.), ces médicaments peuvent prolonger l'hypoxémie artérielle lors d'une utilisation prolongée, car ils contribuent à augmenter la perfusion de poumons mal ventilés et à provoquer une nouvelle interruption. relations ventilation-perfusion. L’utilisation prolongée d’agonistes bêta-2-adrénergiques est également accompagnée d’une hypocapnie, provoquée par la redistribution du potassium à l’intérieur et à l’extérieur de la cellule, accompagnée d’une augmentation de la faiblesse des muscles respiratoires et d’une détérioration de la ventilation.

Cependant, le principal inconvénient de l’utilisation à long terme d’adjectifs bêta-2 chez les patients atteints de syndrome broncho-obstructif est la formation régulière de tachyphylaxie, qui réduit la force et la durée de l’effet bronchodilatateur, ce qui, à terme, peut entraîner un rebond bronchoconstriction et une diminution significative des paramètres fonctionnels caractérisant les voies respiratoires. De plus, les bêta-2-adrénergiques augmentent l'hyperréactivité bronchique vis-à-vis de l'histamine et de la méthacholine (acétylcholine), entraînant ainsi une aggravation des effets bronchoconstricteurs parasympathiques.

Plusieurs conclusions pratiques importantes découlent de ce qui précède.

  1. Étant donné la grande efficacité des bêta-2-adrénomimétiques dans le soulagement des épisodes d’obstruction bronchique aiguës, leur utilisation chez les patients atteints de BPCO est indiquée principalement au moment des exacerbations de la maladie.
  2. Il est conseillé d'utiliser des sympathomimétiques modernes très sélectifs et prolongés, tels que le salmétérol (serevent), bien que cela n'exclue pas du tout la possibilité d'une administration sporadique (non régulière) de bêta2-adrénomimiques à action brève (comme le salbutamol).
  3. L'utilisation régulière à long terme de bêta-2 agonistes en monothérapie chez les patients atteints de MPOC, en particulier chez les personnes âgées et les personnes âgées, ne peut être recommandée comme traitement de base permanent.
  4. Si les patients atteints de MPOC ont encore besoin de réduire la composante réversible de l'obstruction bronchique et que la monothérapie au M-cholinolytique traditionnel n'est pas totalement efficace, il est conseillé de passer aux bronchodilatateurs combinés modernes, y compris les inhibiteurs de M-cholinergique en association avec le bêta-2-adrénomimétique.

Bronchodilatateurs combinés

Ces dernières années, les bronchodilatateurs combinés sont de plus en plus utilisés en pratique clinique, notamment pour le traitement à long terme des patients atteints de MPOC. L'effet bronchodilatateur de ces médicaments est obtenu en stimulant les récepteurs bêta2-adrénergiques des bronches périphériques et en inhibant les récepteurs cholinergiques des grandes et moyennes bronches.

Berodual est la formulation d'aérosol combinée la plus courante contenant du bromure d'idiotropium holinolitik (atrovent) et du bêta2-adrénostimulyateur fénotérol (berotok). Chaque dose de berodual contient 50 µg de fénotérol et 20 µg d’atovent. Cette combinaison vous permet d’obtenir un effet bronchodilatateur avec une dose minimale de fénotérol. Le médicament est utilisé pour le soulagement des crises d’asthme aiguë et pour le traitement de la bronchite obstructive chronique. La dose habituelle est de 1 à 2 doses d’un aérosol 3 fois par jour. Le début d'action du médicament - après 30 secondes, l'effet maximum - après 2 heures, la durée d'action ne dépasse pas 6 heures.

La combinaison de médicaments est la deuxième formulation en aérosol combinée contenant 20 µg. bromure d'ipratropium anticholinergique (atrovent) et 100 µg de salbutamol. Combiné utiliser 1-2 doses du médicament 3 fois par jour.

Ces dernières années, l'expérience positive de l'utilisation combinée d'anticholinergiques et de bêta-2 agonistes à action prolongée (par exemple, atrovent avec du salmétérol) a commencé à s'accumuler.

Cette combinaison de médicaments bronchodilatateurs des deux groupes décrits est assez commune, car les médicaments combinés ont un effet bronchodilatateur plus puissant et persistant que les deux composants séparément.

Les préparations combinées contenant des inhibiteurs M-cholinergiques en association avec beta2-adrenomimetikami présentent un risque minimal d'effets secondaires en raison de la dose relativement faible de sympathomimétiques. Ces avantages des médicaments combinés nous permettent de les recommander pour le traitement bronchodilatateur de base à long terme des patients atteints de BPCO avec une efficacité insuffisante de la monothérapie atrovent.

Dérivés de méthylxanthines

Si l'administration d'holiolythiques ou de bronchodilatateurs combinés n'est pas efficace, le traitement de la bronchite obstructive chronique peut être associé à des médicaments de la série méthylxanthine (théophylline, etc.). Pendant de nombreuses décennies, ces médicaments ont été utilisés avec succès comme médicaments efficaces pour traiter les patients atteints du syndrome broncho-obstructif. Les dérivés de la théophylline ont un très large spectre d’activités qui dépasse de loin les limites de l’effet bronchodilatateur.

La théophylline inhibe la phosphodiestérase, de sorte que l'AMPc s'accumule dans les cellules musculaires lisses des bronches. Cela facilite le transport des ions calcium des myofibrilles vers le réticulum sarcoplasmique, ce qui s'accompagne d'une relaxation des muscles lisses. La théophylline bloque également les récepteurs de la purine des bronches, éliminant ainsi l'effet broncho-constrictif de l'adénosine.

En outre, la théophylline inhibe la dégranulation des mastocytes et la libération de médiateurs inflammatoires. Il améliore également le flux sanguin rénal et cérébral, augmente la diurèse, augmente la force et la fréquence des contractions cardiaques, diminue la pression dans la circulation pulmonaire, améliore la fonction des muscles respiratoires et du diaphragme.

Les médicaments à action brève du groupe théophylline ont un effet bronchodilatateur prononcé. Ils sont utilisés pour soulager les épisodes aigus d'obstruction bronchique, par exemple chez les patients souffrant d'asthme bronchique, ainsi que pour le traitement à long terme des patients atteints de syndrome broncho-obstructif chronique.

Euphyllinum (un composé de théophyllip et d’éthylène diamine) est disponible en ampoules de 10 ml d’une solution à 2,4%. Euphyllinum est administré par voie intraveineuse dans 10 à 20 ml de solution isotonique de chlorure de sodium pendant 5 minutes. Avec l'introduction rapide d'une chute possible de la pression artérielle, des vertiges, des nausées, des acouphènes, des palpitations, des bouffées vasomotrices et une sensation de chaleur. L’aminophylline par voie intraveineuse agit pendant environ 4 heures et permet d’obtenir une durée d’action plus longue (6 à 8 heures).

Les théophyllines à action prolongée de ces dernières années sont largement utilisées pour traiter la bronchite obstructive chronique et l’asthme bronchique. Ils ont des avantages significatifs sur les théophyllines à courte portée:

  • la fréquence de consommation de médicaments diminue;
  • augmente la précision du dosage des médicaments;
  • fournit un effet thérapeutique plus stable;
  • prévention des attaques d'étouffement en réponse à un effort physique;
  • les médicaments peuvent être utilisés avec succès pour prévenir les attaques d'étouffement nocturnes et matinales.

Les théophyllines prolongées ont un effet bronchodilatateur et anti-inflammatoire. Ils suppriment substantiellement les phases précoce et tardive de la réaction asthmatique qui se produisent après l'inhalation de l'allergène et ont également un effet anti-inflammatoire. Le traitement à long terme de la bronchite obstructive chronique avec de la théophylline prolongée permet de contrôler efficacement les symptômes de l’obstruction bronchique et d’améliorer la fonction pulmonaire. Comme le médicament est libéré progressivement, sa durée d'action est plus longue, ce qui est important pour le traitement des symptômes nocturnes de la maladie, qui persistent malgré le traitement de la bronchite obstructive chronique par des anti-inflammatoires.

La théophylline prolongée est divisée en 2 groupes:

  1. Les préparations de la 1re génération durent 12 heures. ils sont prescrits 2 fois par jour. Ceux-ci incluent: theodur, theotard, theopec, durofilline, ventax, theogard, theobid, slobid, aminophylline SR, etc.
  2. Les préparations de la 2e génération durent environ 24 heures. ils sont prescrits 1 fois par jour, notamment: théodur-24, unifil, dilatran, eufilong, philocontin, etc.

Malheureusement, les théophyllines agissent dans une plage très étroite de concentrations thérapeutiques de 15 µg / ml. Avec l'augmentation des doses, un grand nombre d'effets secondaires se produisent, en particulier chez les patients âgés:

  • troubles gastro-intestinaux (nausée, vomissement, anorexie, diarrhée, etc.);
  • troubles cardiovasculaires (tachycardie, troubles du rythme, jusqu’à la fibrillation ventriculaire);
  • dysfonctionnement du système nerveux central (tremblements des mains, insomnie, agitation, convulsions, etc.);
  • troubles métaboliques (hyperglycémie, hypokaliémie, acidose métabolique, etc.).

Par conséquent, lors de l’utilisation de méthylxanthines (action brève et prolongée), il est recommandé de déterminer le niveau de théophylline dans le sang au début du traitement de la bronchite obstructive chronique, tous les 6 à 12 mois, et après modification des doses et des médicaments.

La séquence la plus rationnelle de bronchodilatateurs chez les patients atteints de BPCO est la suivante:

La séquence et la portée du traitement bronchodilatateur de la bronchite obstructive chronique

  • Avec des symptômes peu prononcés et inconstants du syndrome broncho-obstructif:
    • inhalation de M-cholinolytiques (atrovent), principalement dans la phase aiguë de la maladie;
    • si nécessaire, bêta2-adrénomimétiques sélectifs par inhalation (sporadiquement - lors d'exacerbations).
  • Avec des symptômes plus constants (légers et modérés):
    • inhalation M-cholinolytiques (atrovent) constamment;
    • avec une efficacité insuffisante - bronchodilatateurs combinés (berodual, kombivent) constamment;
    • en cas d'efficacité insuffisante, en plus des méthylxanthines.
  • Avec une faible efficacité du traitement et une progression de l'obstruction bronchique:
    • Envisager de remplacer le beroduel ou une association par un bêta2-adrénomimétique hautement sélectif à action prolongée (salmétérol) et une association avec M-anticholinergique;
    • modifier les méthodes d'administration des médicaments (spenseurs, nébuleuses),
    • continuer à prendre des méthylxanthines, théophylline par voie parentérale.

Agents mucolytiques et mucorégulateurs

L'amélioration du drainage bronchique est la tâche la plus importante du traitement de la bronchite obstructive chronique. À cette fin, tous les effets possibles sur le corps, y compris les méthodes de traitement non médicamenteuses, doivent être pris en compte.

  1. Une boisson chaude abondante aide à réduire la viscosité des expectorations et à augmenter la couche superficielle de mucus bronchique, facilitant ainsi le fonctionnement de l'épithélium cilié.
  2. Massage vibrant de la poitrine 2 fois par jour.
  3. Drainage en position des bronches.
  4. Les expectorants dotés d'un mécanisme d'action réflexe-gag (herbe de thermopsis, hydrate de terpiné, racine d'ipéca, etc.) stimulent la glande bronchique et augmentent la quantité de sécrétions bronchiques.
  5. Bronchodilatateurs améliorant le drainage bronchique.
  6. Acétylcystéine (fluimucine) viscosité des expectorations due à la rupture des liaisons disulfures des expectorations des mucopolysaccharides. Il a des propriétés antioxydantes. Augmente la synthèse du glutathion impliqué dans les processus de détoxification.
  7. Ambroxol (Lasolvan) stimule la formation d'une sécrétion trachéobronchique de viscosité inférieure en raison de la dépolymérisation des mucopolysaccharides acides du mucus bronchique et de la production de mucopolysaccharides neutres par les cellules du gobelet. Il augmente la synthèse et la sécrétion de surfactant et bloque la désintégration de ce dernier sous l’influence de facteurs indésirables. Améliore la pénétration des antibiotiques dans les sécrétions bronchiques et les muqueuses bronchiques, augmentant l'efficacité du traitement antibiotique et réduisant sa durée.
  8. La carbocystéine normalise la proportion de sialomucines acides et neutres des sécrétions bronchiques, réduisant ainsi la viscosité des expectorations. Il favorise la régénération de la membrane muqueuse en réduisant le nombre de cellules caliciformes, en particulier dans les bronches terminales.
  9. La bromhexine est un mucolytique et un mucorégulateur. Stimule la production de surfactant.

Traitement anti-inflammatoire de la bronchite obstructive chronique

La formation et l'évolution de la bronchite chronique reposant sur la réaction inflammatoire locale des bronches, le succès du traitement des patients, y compris des patients atteints de BPCO, est principalement déterminé par la possibilité d'inhibition du processus inflammatoire dans les voies respiratoires.

Malheureusement, les anti-inflammatoires non stéroïdiens traditionnels (AINS) ne sont pas efficaces chez les patients atteints de BPCO et ne peuvent arrêter la progression des manifestations cliniques de la maladie et la diminution constante du VEMS. On pense que cela est dû à l'effet très limité et unilatéral des AINS sur le métabolisme de l'acide arachidonique, qui est la source des plus importants médiateurs de l'inflammation - les prostaglandines et les leucotriènes. Comme on le sait, tous les AINS, qui inhibent la cyclooxygénase, réduisent la synthèse de prostaglandines et de thromboxanes. Dans le même temps, en raison de l'activation du métabolisme de l'acide arachidonique par la cyclooxygénase, la synthèse des leucotriènes est accrue, ce qui est probablement la principale cause de l'inefficacité des AINS dans la MPOC.

Un autre est le mécanisme de l'action anti-inflammatoire des glucocorticoïdes, qui stimulent la synthèse des protéines, ce qui inhibe l'activité de la phospholipase A2. Cela conduit à la restriction de la production de la source de prostaglandines et de leucotriènes - l'acide arachidonique, ce qui explique la haute activité anti-inflammatoire des glucocorticoïdes dans divers processus inflammatoires de l'organisme, y compris la BPCO.

Actuellement, les glucocorticoïdes sont recommandés pour le traitement de la bronchite obstructive chronique, pour laquelle l’utilisation d’autres méthodes de traitement n’a pas été efficace. Néanmoins, seuls 20 à 30% des patients atteints de MPOC peuvent améliorer la perméabilité bronchique à l'aide de ces médicaments. Le plus souvent, il est nécessaire d'abandonner l'utilisation systématique de glucocorticoïdes en raison de leurs nombreux effets secondaires.

Pour résoudre le problème de l'opportunité d'une utilisation continue à long terme des corticostéroïdes chez les patients atteints de BPCO, il est proposé de mener un traitement à l'essai: 20-30 mg / jour. à raison de 0,4-0,6 mg / kg (selon la prednisone) pendant 3 semaines (en prenant des corticostéroïdes oraux). Le critère de l'effet positif des corticostéroïdes sur la perméabilité bronchique est l'augmentation de la réponse aux bronchodilatateurs dans le test de bronchodilatation de 10% des valeurs propres de OFB1 ou l'augmentation du VEMS d'au moins 200 ml. Ces indicateurs peuvent constituer la base d’une utilisation à long terme de ces médicaments. Parallèlement, il convient de souligner qu’à l’heure actuelle il n’existe aucun point de vue généralement accepté sur la tactique consistant à utiliser des corticostéroïdes systémiques et inhalés dans la MPOC.

Ces dernières années, un nouveau médicament anti-inflammatoire, le fenspiride (Erespal), a été utilisé avec succès. Il agit efficacement sur la membrane muqueuse des voies respiratoires. Il est utilisé dans le traitement de la bronchite obstructive chronique et de certaines maladies inflammatoires des voies respiratoires supérieures et inférieures. Le médicament a la capacité de supprimer la libération d'histamine par les mastocytes, de réduire l'infiltration de leucocytes, de réduire l'exsudation et la production de thromboxanes, ainsi que la perméabilité vasculaire. À l'instar des glucocorticoïdes, le fepsiride ictigate l'activité de la phospholipase A2 en bloquant le transport des ions calcium nécessaires à l'activation de cette enzyme.

Ainsi, le fepspiride réduit la production de nombreux médiateurs inflammatoires (prostaglandines, leucotriènes, thromboxanes, cytokines, etc.), offrant un effet anti-inflammatoire prononcé.

Le fenspiride est recommandé pour le traitement des exacerbations ainsi que pour le traitement à long terme de la bronchite obstructive chronique, en tant que médicament sûr et très bien toléré. En cas d'exacerbation de la maladie, le médicament est prescrit à une dose de 80 mg 2 fois par jour pendant 2-3 semaines. Avec un cours stable de BPCO (stade de rémission relative), le médicament est prescrit dans le même dosage pendant 3-6 mois. Des rapports de bonne tolérance et d'efficacité élevée du fenspiride avec un traitement continu pendant au moins 1 an.

Correction d'une insuffisance respiratoire

La correction de l'insuffisance respiratoire est obtenue par le recours à l'oxygénothérapie et l'entraînement des muscles respiratoires.

Les indications d'une oxygénothérapie à faible débit (2-5 litres par minute) à long terme (jusqu'à 15-18 heures par jour) à la fois à l'état stationnaire et à domicile sont les suivantes:

    diminution du sang artériel de PaO2

Traitement de la bronchite chez l'adulte

Si vous traitez cette maladie à la légère, elle peut se transformer en pathologies plus graves. Dans les cas non négligés, le traitement de la bronchite chez l’adulte peut être effectué à la fois à l’hôpital et à la maison. Il n'y a pas de recette unique adaptée à tout le monde. Pour répondre à la question de savoir comment guérir une bronchite, vous devez déterminer quel type de maladie. Les médecins la définissent comme une inflammation de la membrane muqueuse des bronches causée par une infection ou une exposition à des facteurs externes.

Symptômes de bronchite

Les symptômes les plus courants sont les symptômes les plus courants pour tous les types de bronchite. Les principaux sont: toux sévère, transpiration, douleur à la poitrine, faiblesse générale, essoufflement, courbatures, fièvre. Les symptômes de bronchite peuvent gêner le patient jour et nuit. Cela conduit souvent à des troubles du sommeil, des troubles du système nerveux. Selon les causes, il existe plusieurs types principaux de bronchite:

  • pointu
  • chronique;
  • bronchite du fumeur;
  • obstructive;
  • allergique.

Pointu

Ce type de bronchite se développe dans le contexte de la grippe, des ARVI ou des maux de gorge. Il est difficile de reconnaître une telle "transition" par vous-même. Les symptômes de ces maladies sont similaires (ils peuvent survenir simultanément):

  • toux - paroxystique, profonde, accompagnée d'expectorations, parfois "aboyante";
  • enrouement;
  • maux de gorge;
  • faiblesse
  • fièvre (peut durer plusieurs jours);
  • mal de tête;
  • difficulté à respirer;
  • nez qui coule;
  • spasme thoracique.

Avec une bronchite aiguë légère, certains symptômes peuvent être absents. La durée du traitement dépend du diagnostic opportun, du traitement approprié. La période de récupération de la bronchite chez l’adulte est de 10 à 20 jours. Si le traitement ne vous aide pas et que la maladie ne recule pas, consultez un médecin, il vous prescrira les procédures nécessaires et les pilules de bronchite appropriées pour les adultes. La principale différence entre la forme aiguë de pathologie et les autres types de maladie est contagieuse.

Chronique

La bronchite chronique se distingue par sa fréquence et sa durée. Les périodes d'exacerbation se produisent souvent pendant la saison froide. Il est plus difficile de se débarrasser de cette bronchite que de la forme aiguë, car elle se caractérise par des effets résiduels, même après un traitement. Au fil des ans, la maladie peut évoluer, prendre des formes plus sévères. Pour identifier ce type de bronchite peut être sur les symptômes caractéristiques.

Les médecins diagnostiquent la forme chronique de la maladie si la toux est présente pendant plus de trois mois par an, deux années de suite. Les symptômes suivants sont caractéristiques de la bronchite chronique:

  • Dyspnée même avec un léger effort. Cela s'explique par la déformation et le blocage des bronches, qui se produisent dans la bronchite chronique.
  • Fatigue accrue.
  • Toux Dans cette forme de la maladie, il est persistant, incessant, avec peu de crachats, récurrent. Arrêter les crises est très difficile.
  • Bronchospasme
  • Les crachats peuvent avoir une couleur allant du jaune au brun, selon le stade de la maladie.

Fumeur

Qu'est-ce qu'un fumeur de bronchite est bien connu des personnes qui ont cette mauvaise habitude. Cela est dû à l'ingestion de produits en combustion et de substances nocives dans les poumons. Cette forme de la maladie est caractérisée par une toux continue avec la production de crachats. Les crises de toux prolongée du matin commencent immédiatement après le réveil et se répètent tout au long de la journée. La bronchite du fumeur commence par un seul côté, mais avec le temps, elle se transforme en bilatérale. Si elle n'est pas traitée, la maladie progresse, entraînant l'apparition d'une pneumonie et d'une toux chronique.

Obstructive

La toux est le symptôme principal de toute bronchite. Lorsque la forme d'obstruction obstructive se produisent le matin, après le froid, avec le début de l'activité physique après un repos. La toux est souvent accompagnée de spasmes bronchiques. Avec cette forme de maladie, il est difficile de respirer après une activité physique. Au début, la dyspnée n'apparaît qu'après un stress intense, mais au fil du temps, elle survient pendant les activités quotidiennes ou au repos. Les principales causes de bronchite obstructive chez l'adulte:

  • Professionnel. L'agent causal est constitué par les substances nocives contenues dans l'environnement (par exemple, dans les industries dangereuses). Une fois dans le corps, ils deviennent la principale cause de bronchite obstructive.
  • Génétique. Déterminé par la méthode d'analyse et d'examen.

Allergique

Contrairement à la bronchite chronique ou aiguë, elle n’est pas infectieuse et l’utilisation de médicaments antiviraux pour le traitement des formes allergiques de la maladie n’a donc aucun sens. Ce type de pathologie découle de la sensibilité aiguë du corps à toute substance. Une liste de symptômes peut aider à diagnostiquer la bronchite allergique chez l'adulte:

  • Augmentation de la température pendant la période d'exacerbation de la bronchite.
  • Il existe une relation entre les stimuli externes (utilisation de certains aliments, la proximité d'animaux, la prise de médicaments) et les quintes de toux.
  • Manifestation de symptômes non caractéristiques d'une bronchite, par exemple une éruption cutanée sur la peau.
  • Toux avec bronchite forme allergique - continue, paroxystique pendant la journée.
  • Respiration sifflante, sifflant en expirant.

Diagnostic de la maladie

Pour poser un diagnostic précis, le patient doit consulter un médecin - pneumologue. Seul un spécialiste est en mesure de prescrire le traitement approprié à la bronchite dans chaque cas. Il n'est pas recommandé de poser un diagnostic de manière autonome et de s'auto-traiter. Pour un diagnostic précis de la pathologie, les examens et analyses suivants sont attribués aux adultes:

  • bronchoscopie;
  • écouter le patient avec un phonendoscope;
  • analyse des expectorations;
  • fluorographie;
  • tomodensitométrie des poumons (uniquement pour la bronchite chronique);
  • numération globulaire complète.

Comment traiter la bronchite chez l'adulte

Si vous ne savez pas quels traitements pour la bronchite chez l'adulte sont efficaces, vous ne devez pas vous auto-traiter. Le manque d'assistance nécessaire peut conduire au fait que la maladie reste sous-traitée. Le traitement de la bronchite ne se limite pas à la pharmacothérapie. Dans une approche intégrée, la physiothérapie est utilisée avec succès: traitement par UHF, inductothermie de la région interscapulaire et halothérapie. La norme généralement acceptée pour le traitement de la bronchite comprend 4 étapes:

  1. Cesser de fumer, une nutrition adéquate.
  2. L'utilisation de médicaments bronchodilatateurs (salbutamol, Erespal), dont le mécanisme d'action est de stimuler les récepteurs, ce qui conduit à l'expansion des bronches.
  3. L'utilisation d'agents expectorants et mucolytiques pour aider à éliminer les expectorations.
  4. Utilisation d'antibiotiques (Augmentin, Biseptol) et de médicaments antiviraux (Cycloferon).

Bronchodilatateurs

Les médicaments de ce groupe contribuent à l’élimination des bronchospasmes. Selon le type d'action, ces fonds pour la bronchite sont divisés en trois types: adrénergiques, anticholinergiques et médicaments combinés. Ils devraient être considérés plus en détail:

  1. Adrenomimetics. Détendez les muscles des parois des bronches en enlevant le spasme. Le Salbutamol, utilisé pour le traitement de la bronchite asthmatique et chronique, est un exemple de ce type de médicament. Il est contre-indiqué chez les enfants de moins de 2 ans et les femmes enceintes. La drogue est produite sous différentes formes, il y a un choix - la prendre à l'intérieur ou l'injecter par voie intramusculaire.
  2. Anticholinergiques. Avoir une capacité bronchodilatatrice prononcée. Un représentant éminent de ces médicaments - Erespal. C'est un bronchodilatateur anti-inflammatoire. Les enfants de moins de 14 ans sont prescrits sous forme de sirop. Contre-indiqué en cas d'intolérance à l'un des composants du médicament.
  3. Médicaments combinés. Combinez les actions des anticholinergiques et des adrenomimétiques. Exemple - Berodual (Dénomination commune internationale - Bromure d'Ipratropium + Fénotérol). Les actions des composants du médicament se renforcent mutuellement, ce qui conduit à une efficacité élevée du traitement. L'outil soulage l'état avec une toux sèche ou productive, commence à agir dans les 10-15 minutes.

Expectorant

L'action des expectorants vise à éliminer les expectorations. C'est un must dans le traitement de la bronchite chez l'adulte. Si le corps ne parvient pas à se débarrasser d'une grande quantité de crachats, il stagne et les bactéries pathogènes commencent à proliférer activement dans cet environnement. Plus souvent que d'autres moyens, les médecins prescrivent de tels médicaments expectorants à des adultes:

  • Mukaltin. Amincit les expectorations visqueuses, facilitant sa sortie des bronches.
  • Thermopsis aux herbes - Thermopsol et Broncho Codelac.
  • Sirop d'herbion, Stoptussin phyto, Bronhikum, Pertusin, Gelomirtol - sont à base d'herbes médicinales.
  • ACC (acétylcystéine). Un moyen efficace d'action directe. Cela a un effet direct sur les expectorations. Si vous prenez la mauvaise dose, vous pouvez provoquer des diarrhées, des vomissements et des brûlures d'estomac.

Antibiotiques

Si la bronchite est de nature bactérienne, un traitement antibiotique est prescrit. Avec une infection virale, ils sont inutiles. Pour trouver des antibiotiques efficaces en cas de bronchite, il est nécessaire de procéder à un test d'expectoration. Cela montrera quelle bactérie a causé la maladie. La liste des antibiotiques est maintenant très large, le médecin doit les choisir. Voici les principaux groupes de ces médicaments:

  • Aminopénicillines - Amoxiclav, Amoxicilline, Augmentin. L'action de ces médicaments vise à supprimer les microorganismes nuisibles, mais ils ne nuisent pas au corps du patient.
  • Macrolides - Macropene, Sumamed, Azithromycine, Klacid. Bloquer directement la reproduction des bactéries.
  • Fluoroquinolones - Moxifloxacine, Ofloxacine. Antibiotiques à large spectre. Utilisé pour traiter la bronchite, les infections à chlamydia, etc.
  • Céphalosporines - Céfazoline, Supraks, Ceftriaxone. Ils affectent les microorganismes résistants à la pénicilline.
  • Flemoxine Solutab. Analogue d'amoxicilline. Rapidement absorbé dans le sang. Formulaire de libération - pilules.

L'inhalation

Le traitement de la bronchite chez les adultes inhalés est réalisé à l'aide des groupes de médicaments suivants:

  • antiseptiques
  • anti-inflammatoire,
  • vasoconstricteur,
  • hormonal,
  • mucolytiques;
  • expectorant
  • immunomodulateurs,
  • antibiotiques
  • bronchodilatateur.

L'avantage de cette méthode est l'absorption rapide du médicament. Les médicaments pour la bronchite ont un très large éventail d’actions, seul le médecin peut choisir la meilleure option. Pour l'inhalation, de tels dispositifs sont utilisés:

  1. Inhalateurs à vapeur. Les inhalations aux huiles essentielles et aux herbes sont efficaces avec la bronchite.
  2. Inhalateurs de chaleur et d'humidité. Sont l'un des dispositifs les plus abordables pour les procédures à la maison. Avec de telles inhalations, des solutions alcalines et des préparations phytopharmaceutiques sont utilisées.
  3. Nébuliseur. L'un des appareils les plus efficaces. Il peut être utilisé pour traiter n'importe quel stade de la bronchite. L'appareil transforme les médicaments en minuscules particules qui atteignent facilement le foyer de la maladie.

Le spectre des médicaments pour inhalation utilisant un nébuliseur est très large. Le schéma thérapeutique utilise souvent Pulmicort ou Ventolin (prévient et élimine les bronchospasmes). Ce dernier est contre-indiqué pendant la grossesse, chez les enfants de moins de 2 ans et avec une intolérance individuelle aux composants du médicament. Certains médicaments pour le traitement de la bronchite, tels que Ambroxol, en plus des comprimés et des ampoules pour injections intramusculaires sont également disponibles en solution pour inhalation.

Le traitement de la bronchite chez les adultes est effectué et des préparations topiques. Des pommades à base de graisses animales sont utilisées à cet effet. Ils sont appliqués par frottement sur la peau dans la zone des bronches. L'effet positif du traitement est obtenu en tenant un léger massage lors de l'application de l'outil. Les composants ont un effet réchauffant, rendant la toux humide et la facilitant. Les pommades pour le traitement de la bronchite peuvent être achetées ou préparées indépendamment à la maison. Avant d’utiliser l’un d’entre eux, vous devez tester vos allergies.

Les onguents prêts à l'emploi sont plus pratiques et plus efficaces dans le traitement de la bronchite car ils contiennent beaucoup plus de substances utiles. L'un de ces médicaments - Doctor IOM, qui présente un minimum de contre-indications, est autorisé pour les adultes et les enfants. Un autre traitement populaire pour la bronchite est la graisse d'ours. Il est appliqué à la fois en interne et en externe. Pour l'exposition à travers la peau peut être utilisé baumes Dr. Theiss, eucalyptus, "Star", pommade Bom-benge et boromentolovaya, graisse de blaireau.

Traitement des remèdes populaires

Dans le traitement de la bronchite chez les adultes peuvent être appliqués avec succès comme médicaments pharmaceutiques, ainsi que préparés selon les recettes de la médecine traditionnelle. Ces médicaments et procédures sont moins efficaces et le traitement dure beaucoup plus longtemps. Voici des remèdes populaires qui ont prouvé leur efficacité dans le traitement de la bronchite chez l'adulte:

  • Aloès au miel. Il est appliqué à l'intérieur d'une demi-heure avant les repas. Le mélange est composé d'aloès, de miel, de saindoux et de chocolat, pris dans des proportions égales.
  • Propolis. La teinture d'alcool est faite de ce remède et est ajoutée au thé et aux infusions à base de plantes de 15 gouttes. Il a des propriétés antibactériennes.
  • Lait à la soude. Utilisé avec succès dans la forme chronique de la maladie et de la bronchite du fumeur.
  • Inhalation de pommes de terre. Procédez comme suit: faites bouillir les pommes de terre dans un uniforme, retirez-les du poêle, penchez-vous au-dessus d'une casserole bien chaude, inspirez les vapeurs pendant 10 minutes. Pour que les pommes de terre refroidissent rapidement, couvrez-vous la tête avec une grande serviette.
  • Sirop de canneberges sur vodka. Piler les baies (100 g), presser le jus, les mélanger avec du sucre (50 g). Après ébullition, laissez refroidir le sirop et ajoutez un verre de vodka (200 ml). Pour éliminer les expectorations, prenez 2 jours par jour avant les repas.
  • Bathhouse Cuire à la vapeur seulement après avoir consulté un médecin.
  • Échauffement Ces procédures sont effectuées à l'aide d'un mélange de miel, de poudre de moutarde et de farine (enduit de moutarde maison) ou d'huile de ricin et de térébenthine. Le mélange est appliqué sur la poitrine et le dos et laissé pendant la nuit. Les plâtres au poivre sont également utilisés comme agent de chauffage.
  • Compresses. Pour les compresses sont utilisés huile de miel, mélange de pommes de terre et de soude. La compresse de miel est appliquée sur le dos, isolée avec du coton et laissée sur le corps du patient jusqu'au matin.

Traitement des femmes enceintes

Les médicaments prescrits pour le traitement de la bronchite chez l’adulte (Biseptol, Levomycetin, par exemple) sont strictement contre-indiqués pour les femmes enceintes. L'absence totale de traitement peut entraîner une hypoxie fœtale, une menace d'avortement, des saignements et d'autres conséquences négatives. Un examen aux rayons X prescrit pour le diagnostic de la maladie est strictement contre-indiqué.

Si vous soupçonnez une bronchite, vous devriez consulter un médecin. Après l'examen, il prescrira le traitement nécessaire, qui peut inclure:

  • Buvez beaucoup d'eau. Lait, tisanes, thé.
  • Décoctions à base de plantes anti-inflammatoires pour maux de gorge.
  • Moyens facilitant la toux sèche - collecte thoracique, thé à la lime, lait au miel.
  • Effectuer des exercices d'exercices de respiration et de thérapie physique.
  • Si une femme vit dans une région où l'environnement est médiocre, il sera utile de se rendre dans un sanatorium.
  • Physiothérapie (nommée uniquement par un médecin).

Si la toux ne disparaît pas après un mois

Le traitement à long terme de la bronchite chez l'adulte à domicile entraîne souvent la survenue de complications dangereuses. Si la toux ne disparaît pas après un mois, appelez la clinique. Le refus de traitement ou la confiance en la pharmacie auprès des adultes et des personnes âgées peut provoquer une bronchotrachéite, une infection purulente, une trachéobronchite, une trachéite et une rééducation à long terme.

Si vous avez respecté toutes les prescriptions du médecin, pris des médicaments pour la bronchite, mais qu'il n'y a pas eu d'amélioration, le thérapeute doit vous diriger vers l'hôpital avec le transfert du protocole de traitement. Des tests supplémentaires seront effectués à l'hôpital, on vous prescrira une pharmacothérapie (antibiotiques pour adultes, des antiviraux) et des procédures (goutte à goutte, physiothérapie).

Conseils de traitement de la toux bronchique

Le traitement de la bronchite est effectué par différentes méthodes. Rappelez-vous que le traitement de la toux n'est qu'une partie de la thérapie complexe. Après avoir visionné les vidéos ci-dessous, vous apprendrez quels signes indiquent en premier la présence d'une bronchite, quel est le traitement populaire de cette maladie. Dans la vidéo finale, le célèbre pédiatre Komarovsky expliquera à l'aide d'exemples comment traiter une bronchite (en mentionnant également l'homéopathie).

Premiers signes

Méthodes folkloriques

Komarovsky sur la façon de traiter la bronchite

Prescrire des injections pour la bronchite chez l'adulte

Les injections contre la bronchite sont prescrites très rarement aux adultes et dans les cas les plus graves ou lorsqu'il est impossible de prendre le médicament par la bouche. Aujourd'hui, presque tous les médicaments existent sous forme de comprimés. Par conséquent, la faisabilité d'une telle méthode de traitement ne peut être déterminée que par un médecin.

Préparations pour le traitement de la bronchite aiguë

La maladie survient soudainement. En quelques heures ou 1-2 jours, le patient a une toux sèche ou humide avec des expectorations, les muqueuses bronchiques deviennent enflammées. Avec une inflammation des petites bronches, le patient peut éprouver un essoufflement.

La maladie est causée par des virus et des bactéries, l'atmosphère poussiéreuse et polluée des entreprises, une hypothermie grave ou, au contraire, une surchauffe dans un air chaud et sec. La bronchite virale et bactérienne est généralement précédée d'infections respiratoires aiguës.

La bronchite aiguë sans complications est traitée principalement en ambulatoire. L'hospitalisation concerne les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires, de maladies pulmonaires, de personnes âgées atteintes de maladies chroniques. Les personnes détendues au cours du traitement prescrit le repos au lit.

Le traitement de la bronchite aiguë comprend l'utilisation de moyens permettant de réduire la chaleur (le cas échéant), des pansements à la moutarde sont placés sur la région du sternum du patient, des médicaments diluant les expectorations et des médicaments anti-inflammatoires (amidopyrine, pyrameine, indométhacine, prodectine, acétylsalicylique). En présence d'expectorations purulentes dans le complexe de médicaments, des antibiotiques sont nécessaires. Les médicaments expectorants jouent un rôle important dans le traitement de la bronchite. Bronhikum, Lasolvan, Ambroxol, Bromhexin contribuent à l’élimination des expectorations. Il existe des préparations pour la toux sèche et humide.

Préparations pour le traitement de la bronchite chronique

Si une inflammation bronchique accompagnée de symptômes associés est observée chaque année, trois mois ou plus se poursuivent au total, puis le médecin diagnostique une bronchite chronique chez le patient. Il s'agit d'une lésion contagieuse et non infectieuse des bronches, qui se traduit par une toux, l'écoulement de mucus épais (expectorations) et un essoufflement. La bronchite chronique est une maladie chez l'adulte, rare dans l'enfance.

La bronchite chronique est divisée en primaire et secondaire. La forme primaire de bronchite n'est pas associée à une lésion antérieure des poumons. La forme secondaire se manifeste par une complication d'une lésion existante des poumons (y compris une pneumonie), du larynx, de la trachée ou des bronches.

Le traitement de la bronchite chronique chez l’adulte est complexe, il comprend l’utilisation d’un grand nombre de médicaments et de procédures. Dans cette maladie, l'activité de la couche de l'épithélium des bronches est perturbée, il y a une diminution de sa plasticité et une augmentation de la viscosité de la sécrétion humide. En conséquence, la sécrétion générale de mucus augmente, la capacité de drainage des bronches diminue.

La cause de la maladie peut être une infection bactérienne et virale de la membrane muqueuse, une irritation par la poussière, des particules mécaniques et des substances chimiquement actives dans l'air, la fumée de tabac.

En observant les patients, les médecins remarquent souvent des lésions focales inégales des bronches et des poumons. Le traitement améliore l'état des patients, mais la maladie s'aggrave progressivement et progresse régulièrement d'année en année. Les périodes de rémission, initialement longues, deviennent plus courtes. Si le patient ne fait pas l'objet d'une surveillance médicale constante et n'accepte pas de traitement, il peut développer une insuffisance respiratoire grave dans quelques années.

Le traitement des maladies comprend un large éventail de mesures. Ceux-ci incluent les médicaments, les procédures physiothérapeutiques, la réhabilitation des poumons, le traitement du patient pour un mode de vie sain et la thérapie physique.

Préparations pour le traitement de la bronchite chronique

  1. médicaments antibactériens;
  2. médicaments anti-inflammatoires;
  3. médicaments bronchodilatateurs;
  4. expectorants;
  5. médicaments fortifiants, vitamines et suppléments nutritionnels.

Les médicaments antibactériens et antiviraux prescrits dans la période d'exacerbation, avec des événements purulents dans les bronches, avec l'augmentation de la température. Si, avant le traitement, les bactéries n'étaient pas testées pour la sensibilité aux antibiotiques (un antibiogramme), le patient reçoit alors de la pénicilline par voie intramusculaire. Cet antibiotique est très efficace contre le bacille d'Hemophilus Influenza et les pneumocoques. Si l’antibiogramme a été établi, l’un des médicaments les plus appropriés est prescrit: azithromycine, sumazide, zitrolide, sumamed, chimiomycine, azitrox, ampicilline, oxacilline, lévomycétine, olététrine, tétracycline et autres antibiotiques (1,5 à 2 g par jour). Aussi prescrit rondomycine (0,8-1,6 g par jour). Les antibiotiques peuvent être combinés avec des sulfamides à action prolongée.

Le patient prend les médicaments sous forme de comprimés ou d’injections, l’objectif étant préférable, car les injections donnent les meilleurs résultats. Les injections de bronchite chez l'adulte sont administrées en hospitalisation et dans la salle de traitement. La durée du traitement antibiotique dépend de la gravité de l’état du patient et du degré de négligence de la maladie. En moyenne, la convalescence a lieu dans 8 à 12 jours.

La bronchite chronique obstructive survient si la bronchite normale n'est pas traitée (ou mal traitée) pendant plus d'un an. Cette complication est caractérisée par un essoufflement et une altération du tissu bronchique. Dans ce cas, l'utilisation d'antibiotiques a un effet moindre, car les propriétés mécaniques des tissus et leur structure changent dans les bronches, ce qui entraîne une augmentation de la quantité de mucus et l'apparition d'un bronchospasme. L'emphysème pulmonaire, l'hypertension et les maladies cardiaques pulmonaires chroniques peuvent compliquer encore la bronchite obstructive chronique.

La bronchite chronique en cours d'exécution est une maladie mortelle. Pour augmenter la résistance de l'organisme, le médecin peut vous prescrire du méthyluracile, de l'orotate de potassium et du pentoxyle.

L'effet anti-inflammatoire est fourni par des médicaments tels que le sodium salicytat et le presocyl. L'acide ascorbique, la galaxorbine et l'ascorutine ont un effet stimulant et tonique.

En thérapeutique, l'extrait d'aloès (en tant qu'agent absorbant), le corps vitré, la préparation de PhiBS (extrait contenant des coumarines et de l'acide cinnamique) ont fait leurs preuves. Les injections pour la bronchite à base de ces médicaments sont faites par voie sous-cutanée, le cours comprend dans tous les cas de 30 à 35 injections.

Les adaptogènes ont un bon effet thérapeutique sur l'état du patient: ginseng, teinture de citronnelle, pantocrin.

En tant que bronchodilatateurs en présence d'asthme, qui ne se prête pas au traitement par bronchospasmolytique, on utilise des médicaments:

  1. l'atropine;
  2. la belladone;
  3. atrovent;
  4. éphédrine;
  5. les bêta-bloquants;
  6. aminophylline

Euphyllinum stimule également le centre respiratoire.

Lorsque les bronchites obstructives sont négligées, des corticostéroïdes peuvent être prescrits, ce qui est particulièrement important en présence du syndrome asthmatique. L'hydrocortisone est administrée par voie intraveineuse à partir de 125 mg par jour. Une fois que l'état du patient s'est amélioré, la dose du médicament est réduite de 25 mg tous les deux ou trois jours, en ajoutant une irrigation du pharynx avec des aérosols.

Les médicaments expectorants jouent un rôle important dans le traitement des maladies associées à l'accumulation de crachats épais. L'excrétion optimale des expectorations est obtenue après exposition à 3% d'iodure de potassium, de teinture de racine d'Althea, de terpinehydrate thermopsis et de mukaltin. Bronholitine, bronchikum, bromhexine, lasolvan, ambroxol - nouveaux médicaments modernes à action mucolytique et expectorante.

Les inhalations avec des enzymes protéolytiques (substances qui décomposent les protéines en acides aminés et contribuent à la dilution des expectorations) fournissent un bon effet thérapeutique. Il s'agit de la patilitine, de la trypsine, de la chymostrypsine, de l'himopsine, qui sont dissoutes dans une petite quantité (environ 5 ml) de solution saline ou dans une solution de novocaïne (0,25%), après quoi elles sont inhalées.

Dans les cas de bronchite purulente grave et de dyspnée sévère, le patient subit une procédure de bronchoscopie au cours de laquelle l’arbre bronchique est lavé et des antibiotiques et des médicaments expectorants sont administrés.

Les personnes qui ont souffert de bronchite doivent éviter l’hypothermie et rester dans une atmosphère polluée. Une bonne prévention de la maladie sera la thérapie physique et un massage spécial de la poitrine.

Inhalation avec bronchite, laryngite - inhalation de vapeur, nébuliseur

Dans le traitement de la bronchite, de la pharyngite, de la laryngite, de la trachéobronchite, de l’asthme bronchique, de la bronchite aiguë, chronique et obstructive chez l’adulte et l’enfant, il est très efficace d’utiliser diverses inhalations avec des médicaments, des solutions spéciales, des plantes médicinales.

Il est particulièrement pratique d'effectuer des inhalations pour la bronchite à l'aide d'un inhalateur à ultrasons - un nébuliseur, un compresseur inhalateur, qui constituent un choix assez large dans les chaînes de pharmacies.

La particularité de leur utilisation est qu'ils ne peuvent pas tous utiliser des solutions huileuses et à base de plantes, mais uniquement des solutions médicamenteuses pharmaceutiques purifiées spéciales ou de l'eau minérale.

Donc, il y a 2 façons de procéder à l'inhalation:

  • À l'aide de dispositifs spéciaux - inhalateurs, nébuliseurs (à ultrasons, à compresseur, combinés)
  • Inhalation de vapeur - à l'aide d'un récipient et d'une solution médicale chaude ou à l'aide d'une bouilloire avec un entonnoir en papier, placez-la sur le bec de la bouilloire.

L'objectif principal de la thérapie par inhalation dans le traitement de maladies du système respiratoire:

  • dilution de l'écoulement du larynx, du pharynx, du nez
  • hydratation de la muqueuse des voies respiratoires
  • en cas d'utilisation de médicaments - effet bronchodilatateur, expectorant, anti-inflammatoire, antibactérien, anti-œdème
  • amélioration de l'irrigation sanguine et de la microcirculation de la membrane muqueuse - aide à la régénération rapide des tissus

C'est important! En présence de processus inflammatoires de nature purulente - maux de gorge, sinusite, sinusite, il est impossible d'utiliser des inhalations à la vapeur chaude, car pendant les processus purulents, le réchauffement contribue à la croissance plus rapide des microorganismes pathogènes. L'inhalation de vapeur ne peut être utilisée qu'en cas de rhinite prolongée, de pharyngite (sans foyer purulent), de laryngite.

Inhalations à la vapeur pour bronchites, laryngites - pour et contre

Le temps froid et pluvieux s'installe et la plupart des jeunes enfants et des adultes affaiblis attrapent une infection virale. En conséquence, le nez qui coule, maux de gorge, bronchite, laryngite et autres maladies respiratoires.

L'inhalation de vapeur est la forme d'inhalation la plus ancienne et la plus populaire, mais elle ne devrait être utilisée que sur la recommandation d'un médecin, car tous les cas n'auront un effet positif, toutefois, que les effets indésirables résultant de leur utilisation, car:

  • En cas d'inflammation des voies respiratoires, les vaisseaux sont dilatés, c'est-à-dire que la circulation du sang est ralentie et que l'afflux augmente, ce qui se manifeste par une congestion nasale, un gonflement du larynx et du pharynx. L'inhalation de vapeur chaude hydrate et réchauffe la membrane muqueuse, ce qui contribue bien sûr à la dilution du mucus et à une meilleure séparation, mais généralement pas pour longtemps. Après l'échauffement, il se produit une vasodilatation qui contribue à augmenter l'œdème, le relâchement de la membrane muqueuse.
  • Le chauffage et le relâchement des tissus enflammés et des muqueuses peuvent à leur tour provoquer la multiplication de bactéries pathogènes et leur pénétration dans les parties les plus profondes du système respiratoire.

Il y a quelques règles - les mêmes pour toute inhalation, c'est:

  • Commencez l'inhalation seulement une demi-heure après le stress physique.
  • La procédure devrait durer au moins 5 à 10 minutes, mais pas plus.
  • Vous ne pouvez pas faire l'inhalation immédiatement après avoir mangé, il est préférable après 1-2 heures après un repas, il est naturel de ne parler ni pendant l'inhalation, ni après une demi-heure. En outre, immédiatement après la procédure ne peut pas manger ou manger.
  • Lorsque la laryngite est inspirée, elle doit être inspirée par la bouche et expirer par le nez.
  • Respirez devrait être aussi calme, libre que profond.
  • Vous ne pouvez pas retenir l'inhalation d'une laryngite, d'une bronchite au-dessus d'une solution médicamenteuse en ébullition.
  • Si on vous a prescrit plusieurs médicaments pour inhalation, les règles suivantes doivent être suivies:
    1. Premiers médicaments bronchodilatateurs
    2. Après 15 minutes, expectorant
    3. Lorsque les crachats sont partis - antiseptiques et anti-inflammatoires.

Inhalation de vapeur avec des herbes, ail, oignons

Il convient de faire très attention lors de l'inhalation de vapeurs d'herbes médicinales, d'huiles essentielles, en particulier chez les enfants, car des réactions allergiques et un bronchospasme peuvent se développer. Les personnes sujettes aux allergies (pollinose) et à la sensibilité individuelle aux autres irritants, qui utilisent des herbes et des huiles essentielles à inhaler ne sont pas recommandées, ni même dangereuses.

La décoction à base de plantes ne peut pas être utilisée dans les inhalateurs à ultrasons et à compression conventionnels; toutefois, le Dolphin F1000 est autorisé dans l'inhalateur à condition que la décoction soit bien filtrée et utilise le nébuliseur «Rapidflaem 2» RF2.

  • En cas d'inhalation de vapeur avec des herbes médicinales, telles que: camomille pharmaceutique, sauge, millepertuis, calendula, feuilles de framboisier, marsh ledum, menthe poivrée, feuilles de pied d'érable, feuilles d'eucalyptus, feuilles de genévrier, origan, bourgeons de pin, vous devez d'abord faire une décoction, laissez reposer pendant une demi-heure, puis ajoutez de l'eau bouillante à l'infusion et versez la solution dans un petit récipient. Respirez devrait être recouvert d'une grande serviette.
  • Il est possible d’utiliser une bouilloire pour l’inhalation de vapeur, l’eau dans laquelle n’atteint pas le début du cou, et de respirer directement sur le cou de la bouilloire, en y posant un cône en papier pour inhaler les vapeurs cicatrisantes. Respirez doit être exactement comme d'habitude, sans prendre de profondes inspirations.
  • Vous pouvez également ajouter un peu d'ail ou d'oignon haché à la solution pour inhalation. Ils contiennent beaucoup de phytoncides, antiseptiques naturels, ce sont des agents antimicrobiens naturels.
  • Inhalation efficace avec des solutions salines - 3 c. cuillères de sel de mer / litre d'eau. Et aussi 1 cuillère à café de boisson gazeuse par tasse d'eau bouillante.
  • En l'absence d'allergies, vous pouvez utiliser des huiles essentielles - huile de pin, huile de cèdre de l'Altaï et de l'Himalaya, huile d'eucalyptus, huile de théier, huile de genévrier, huile de tui, mais ne verser que 3 à 5 gouttes dans un verre d'eau.

Inhalation sèche de sel marin

Si vous broyez finement le sel de mer dans un mortier, faites-le chauffer dans une poêle à frire, puis versez la poudre chaude dans un petit récipient. Vous pouvez également respirer par dessus la poudre de sel en la remuant de temps en temps. Cette inhalation de sel sec est très efficace pour la bronchite et la toux.

Inhalation de toux sèche ou toux avec expectorations visqueuses et difficiles à séparer
  • La composition de la collection comprend: 15 grammes de fleurs de sureau, des fleurs de molène squelettique. Versez un demi-litre d'eau bouillante, insistez heure, filtrez.
  • Ingrédients: 1 gramme d'herbe thermopsis, 20 grammes de feuilles de primevère, versé avec un verre d'eau bouillie, maintenu pendant une heure, filtré.
  • Composé de: 10 grammes de feuilles de mère et de belle-mère, plantain, romarin sauvage, également versé un verre d'eau bouillante, infusé heure, filtré.
  • Composé de: 25 grammes de camomille, bourgeons de pin, versé un demi-litre d’eau bouillante, infusé pendant une heure, filtré.
  • Ingrédients: 10 grammes de camomille, réglisse, sauge, feuille d'eucalyptus, ficelle, calendula, versez le mélange avec un verre d'eau bouillante, laissez dans un thermos pendant 2 heures.

Inhalation de nébuliseur avec bronchite

Comment faire une inhalation avec une bronchite? Il est préférable d'utiliser des nébuliseurs qui créent des aérosols à partir de médicaments sans augmenter la température de la solution. Il existe différents modèles de tels dispositifs, dont la taille des particules diffère dans un nuage aérosol:

  • Aérosol moyennement dispersé - il est utilisé pour l'inhalation de bronchites, l'asthme bronchique, pour le traitement de la pneumonie. La taille des particules de 2-4 microns, ils sont capables de pénétrer profondément dans les voies respiratoires inférieures, sans s'attarder dans la partie supérieure.
  • Aérosol grossier - utilisé pour la trachéite, la laryngite, pour le traitement de la rhinite et de la pharyngite. La taille des particules étant de 5 à 20 microns, elles ne pénètrent pas dans les parties profondes du système respiratoire, mais se concentrent sur les voies muqueuses supérieures - la trachée, le nez et la gorge.

À ce jour, les formes pharmaceutiques prêtes à l'emploi ont fait leurs preuves et sont idéalement utilisées pour inhaler à la maison une laryngite ou une bronchite, sur recommandation d'un médecin, en cas d'inhalation à domicile. Ceux-ci comprennent:

  • Inhalation Lasalvanom (Ambroxol) et Ambrobene

Lazolvan est un médicament très efficace qui contient du chlorhydrate d'Ambroxol. Il aide à diluer les expectorations, ce qui les rend moins visqueuses, ce qui aide les muqueuses bronchiques à s'en débarrasser.

Ils sont utilisés pour la bronchite aiguë et chronique pour inhalation, pour les enfants de plus de 6 ans et pour les adultes, 3 ml pour chaque inhalation 2 p / jour, les enfants de 2 à 6 ans, 2 ml de solution, pour les bébés de moins de 2 ans, de 1 ml.

Pour créer une solution pour inhalation, le médicament est dilué avec 1/1 de solution saline. Ces inhalations ne doivent pas être administrées plus de 5 jours, et sont également associées à l’utilisation d’antitussifs - Libeksin, Codeine, Sinekod - instructions, Bronholitine, etc. Ambroxol est plus efficace que Ambrobene. les deux médicaments améliorent l'absorption des antibiotiques.

  • Inhalation d'eau minérale

Les eaux faiblement alcalines telles que Borjomi et Narzan hydratent les muqueuses des voies respiratoires, de l’oropharynx aux plus petites bronches, diluent la sécrétion bronchique et atténuent les phénomènes catarrhales; elles sont donc bonnes à utiliser pour inhaler la bronchite chez les enfants et les adultes. Pour effectuer une inhalation, il faut 4 ml d’eau minérale non gazeuse, la procédure peut être effectuée 4 fois par jour.

  • Inhalation ACC Injection et Fluimucilom

Il est utilisé en cas de violation de l'écoulement des expectorations des voies respiratoires inférieures, afin de faciliter la décharge des sécrétions muqueuses dans les voies respiratoires supérieures. Dosages pour les bébés de 2 à 6 ans 1-2 ml. 1-2 p / jour, enfants de 6 à 12 ans - 2 ml., Plus de 12 ans et adultes 3 ml de la solution d’ACC pour 1 inhalation, également 2 fois par jour. Diluer le médicament doit être 1/1 avec une solution saline, l'inhalation à ne pas faire plus de 10 jours.

  • Inhalation de chlorophyllipt

Pour inhaler avec ce médicament, utilisez sa solution à 1% et diluez au 1/10 avec une solution saline. C'est un extrait d'eucalyptus qui possède des propriétés antiseptiques uniques. Pour l'inhalation prendre 3 ml. solution diluée, faire l'inhalation 3 p / jour.

  • Inhalation de Rotocan

C'est un médicament anti-inflammatoire, à base d'extraits de camomille, de calendula et de millefeuille, utilisé en inhalation pour la laryngite, la bronchite, des maladies aiguës des voies respiratoires supérieures et moyennes. Pour faire l'inhalation, diluez le médicament au 1/40 (1 ml. De solution et 40 ml de solution saline), puis inspirez 4 ml 3 fois par jour. le mélange obtenu.

  • Inhalation avec Tonsilgon N et extrait de Calendula

Tonsilgon est également un remède homéopathique, il peut également être utilisé pour l'inhalation de laryngite. L'extrait de Calendula peut être ajouté à l'inhalation de vapeur ou à l'aide d'un nébuliseur, en séparant 1/40 avec une solution saline.

Inhalation de nébuliseur avec bronchite obstructive

L'inhalation d'une telle bronchite ne peut pas être réalisée avec des plantes médicinales et d'autres composants de plantes, ni avec des huiles essentielles, car la bronchite obstructive est de nature allergique et une allergisation excessive ne fera qu'aggraver l'état des bronches, augmenter l'œdème et les spasmes. Par conséquent, les inhalations avec de l'eau minérale, de la soude, des inhalations salines et des bronchodilatateurs spéciaux sont considérées comme sûres, la posologie et la fréquence de la procédure doivent être indiquées par le médecin traitant.

  • Inhalation avec Berodual - médicament bronchodilatateur. Berodual pour inhalation est aujourd'hui l'outil le plus populaire et le plus efficace aux effets secondaires minimes. Il met en garde contre l'asphyxie lors d'une obstruction bronchique lors d'une maladie infectieuse ou d'une crise d'asthme.
  • Inhalation par Berotek. Ce médicament est utilisé pour éliminer les crises d'asthme bronchique, ainsi que dans la maladie pulmonaire obstructive chronique. Le délai entre les inhalations ne doit pas être inférieur à quatre heures.
  • Salbutamol - analogues Salgim, Nébuleuse, Ventolin existent sous la forme d'un inhalateur de poche, ainsi que sous la forme d'une solution pour un inhalateur domestique. Il est utilisé pour le soulagement des crises d'asthme en cas d'urgence chez les enfants et les adultes, mais son efficacité est nettement inférieure à celle de Beroteka.
  • Atrovent est moins efficace que le salbutamol et le berotec, mais il est le plus sûr. Il peut donc être inhalé avec les enfants en cas de bronchite obstructive, mais uniquement sur recommandation d'un médecin. L'effet d'action devient maximum en une heure et dure 6 heures.

Après une inhalation, une personne doit rester assise pendant un certain temps, il est préférable de s’allonger et il ne devrait pas y avoir de changements soudains de la température de l’air, de courants d'air, de fenêtres ouvertes, et vous ne pouvez certainement pas sortir juste après la procédure.